Fido 2018 : Les couleurs annoncées !

Publié le jeudi 15 février 2018

La 6ème édition du Festival international de danse de Ouagadougou (FIDO) se du 27 janvier au 3 février prochain sous le thème « Danse et résistance ». En prélude à l’événement, les organisateurs ont donné un aperçu du programme au cours d’une conférence de presse le 19 janvier dernier.

A en croire la promotrice et directrice artistique du FIDO, Irène Tassembédo, le choix de ce thème « Danse et résistance » est lié à la situation de son institution, l’école de danse Irène Tassembedo (EDIT), qui a été contrainte de fermer en 2017. Pour elle, « continuer à danser » malgré les difficultés rencontrées est une manière de résister. « Nous avons le devoir de résister contre tous les aléas et éviter de laisser mourir la danse, car elle doit continuer à vivre sur le fil de la transmission intergénérationnelle », a-t-elle expliqué.
Ce festival de danse sous toutes ses formes, se veut un cadre de rencontre, de partage et une plateforme de présentation des jeunes talents qui s’expriment à travers la scène. Les artistes sont souvent considérés comme des personnes qui ont raté leurs études et qui s’adonnent à la danse comme dernier recours. « Nous devons donc résister pour que l’on ne nous abatte pas », a-t-elle ajouté.
Une vingtaine (20) de compagnies venant d’Europe, d’Afrique et d’Asie, ainsi que près de 4000 spectateurs sont attendus à cette 6ème édition, placée sous le patronage de Hadizatou Rosine Coulibaly/Sory, Ministre de l’économie, des finances et du développement. Christophe Marquis, directeur de l’échangeur CDCN hauts de France, en est le parrain.
Durant l’événement, des spectacles de danse tiendront le public en haleine tous les soirs à 20h30 à l’Institut français et au CENASA. Le prix d’entrée est fixé à 1000 F CFA. Des plateaux découvertes pour les jeunes artistes, un stage de danse ouvert aux professionnels et amateurs du 29 janvier au 2 février à la Maison des jeunes de Larlé, ainsi qu’un café-concert tous les soirs au village du festival à Larlé font également partie du programme. Par ailleurs, des spectacles sont prévus à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), au grand marché de Ouagadougou et dans certains établissements scolaires.
Le clap d’ouverture sera donné par Gold, une chorégraphie de la promotrice Irène Tassembédo, à l’Institut Français, en présence de l’ambassadeur de France.

Mariam SAGNON (Stagiaire)


Commenter l'article (0)