Pitroipa en Belgique : La leçon !

Publié le jeudi 15 février 2018

Jonathan Pitroipa a signé en Belgique ! Voilà une information qui induit un double sentiment. Tout fan du sport se doit d’être heureux que ce talentueux et valeureux international burkinabè retrouve un club et donc la compétition après un an jour pour jour de disette. Victime d’une blessure ligamentaire, le feu-follet burkinabè avait repris entre temps mais pour un passage éclair avant de rechuter. Et depuis, rien ! Il a pris du temps pour guérir et son club n’a pas renouvelé son contrat. Et celui qui incarnait l’espoir de toute une Nation s’est retrouvé du jour au lendemain au pied de l’échelle ! Impensable mais réel. On a attendu son retour mais tout portait à croire que celui-là n’allait plus arrivé. C’est fort de cela que l’annonce de sa signature dans un club belge a été accueillie avec un sentiment de soulagement. Mais ces premières émotions passées, on est obligé de soupirer en pensant qu’un joueur de sa trempe se contente que de ce point de chute. On a beau pensé qu’il est à la recherche d’un second souffle, on a beau considéré qu’il signe à Royal Antwerp, classé 4e du championnat Belge, on a beau dire que c’est avant tout en Europe, il y a une pointe de déception qui refuse de se laisser balayer. « Pit », le héros national mérite pense-t-on mieux que ça même pour rebondir. Voilà, c’est dit ! Le sport est souvent ingrat. Mais le sport a ses codes. Pitroipa paie un peu pour ses choix. En s’exilant au Qatar, le choix d’argent l’a rattrapé. En effet, son club n’a pas hésité à le mettre à la rue en période de blessure. Nous restons convaincus que s’il avait poursuivi sa carrière en Europe, cette blessure n’allait pas lui valoir le non renouvellement de son contrat. Le foot en Europe est moins mercantiliste que celui qui se développe dans le monde arabe. Le monde arabe accueille des joueurs en fin de cycle. Pitroipa y est allé un peu trop tôt. Dans le Golfe Persique, tout le monde sait que le joueur qui y arrive vient pour juste de l’argent. Le championnat n’a pas encore une valeur sportive pour attirer les vedettes. Le seul langage qui tienne, là-bas, c’est l’argent. Il n’y pas de place pour le sentiment, ni la considération sportive ou procédurale. Tu joues, on te paie. Tu ne joues pas, on ne s’embarrasse pas de sentiment. Hélas, Pitroipa que nous estimons mériter mieux, en a fait les frais. Et en décidant de revenir en Europe, il se retrouve dans un contexte où il doit tout recommencer. Il doit reconquérir la confiance perdue. Il doit montrer qu’à 31 ans il a encore de la ressource pour non seulement totalement guérir de ses pépins physique mais retrouver son niveau d’antan au mieux. Le défi est immense. Et on ne pouvait pas se bousculer sur lui pour le faire signer. Dès lors, le club Belge devient une aubaine !

J J TRAORE


Commenter l'article (0)