Bertrand Traoré : Le Burkinabè qui fait bouger l’Europe !

Publié le mardi 30 mai 2017

S’il y a un joueur burkinabè dans le championnat européen dont l’étoile scintille, c’est bien Bertrand Traoré, le frère cadet d’Alain. Aligné sous les couleurs de Vitesse Arnhem, un club hollandais, la saison de la jeune pousse du Burkina est étincellant. Neuf mois après son arrivée et malgré une longue absence pour cause de la CAN, son palmarès est élogieux. 9 buts en championnat hollandais et 4 sur la scène européenne. Lors des quarts de finale-aller de l’Europa Ligue, Bertrand a été le bourreau de l’Olympique Lyonnais. Son match, d’un niveau XXXL, sanctionné par un doublé, lui donne une autorité à faire pâlir les grands. A 21 ans, l’exploit du joueur de Chelsea fait de lui une cible de nombreux grands clubs. Déjà, Lyon, bluffé par la performance du Burkinabè confirme tout son intérêt. Les Gunners suivaient Bertrand Traoré depuis lors. Florian Maurice, l’œil de Lyon, a, on se souvient, supervisé le garçon depuis quelques semaines. Et depuis son match de haut vol face à la même équipe, l’intérêt de Lyon s’est quadruplé. Rejoindre le championnat français, pourquoi pas ? Il ne manque pas d’avantages. Déjà, la surmédiatisation autour de lui peut lui donner une toute autre dimension. C’est par là que naissent les stars. A Lyon, Bertrand va jouer la Ligue des champions. Immanquablement, c’est une aubaine. Mais il y a des sacrifices à consentir. Il y a même un risque. Le championnat français reste l’un des moins bénéfiques sur le plan fiscal. L’impôt frappe fort le revenu des sportifs. Il est vrai qu’on pourra dire qu’il est jeune. Mais justement, il a besoin de se mettre à l’abri du besoin. Si Lyon n’est pas prêt à prendre en charge la part de l’impôt, ce qui est faisable, alors la piste pourrait être intéressante. Au cas échéant, les offres semblent se bousculer aux portillons du gamin. Et pas des moindres. José Mourhino ne manque pas d’intérêt pour Bertrand. Le technicien portugais avait trouvé digne de confiance le Burkinabè quand il tenait Chelsea. Il lui a donné du temps de jeu. Passé aujourd’hui à Manchester United, Mourhino veut de Bertrand. Mais encore faut-il que Chelsea, le club d’appartenance juridique du gamin, veuille lâcher sa pépite.
En effet, le club Londonien, voudrait récupérer son joueur de retour de prêt. Mais cette volonté est assortie d’une condition. Diégo Costa, ne voit plus son avenir en Angleterre. Il veut aller en Chine. Il faut donc que ce départ ait lieu pour libérer la place au Burkinabè. Toutefois, Chelsea sait qu’il n’a pas trop de liberté de manœuvre dans le dossier. En effet, le contrat de Bertrand le liant en Chelsea ne court plus que sur un an. Il y a deux intérêts en jeu. D’abord, le club de Londres se doit de garder un joueur qui a un intérêt sportif. Bertrand a de la valeur. Il pourrait rendre un énorme service à Chelsea, vu sa jeunesse. Il a un bel avenir. A défaut de défendre cet intérêt sportif, il y a celui financier. Pour tirer grand profit d’un départ de son jeune joueur, les Blues se doivent de prolonger son joueur. Or, Bertrand n’acceptera pas de signer, sans une revalorisation de salaire. Mieux, il voudrait des garanties sportives, car un nouveau bail avec Chelsea pourra le clouer dans un rôle « de coiffeur » pour longtemps. Si Chelsea regarde trop sur la dépense, il pourrait vendre son joueur maintenant. Le prix ne sera pas trop élevé, comme dans un cas de prolongation de carrière. Mais le club anglais ne perdra pas tout. Car si la situation reste en l’état l’année prochaine, Bertrand sera libre de tout droit. Il partira alors là où il veut, et Chelsea n’encaissera aucun kopeck. On comprend alors que de grandes manœuvres se fassent autour du burkinabè. De toutes les façons, les lignes vont bouger certainement pour ce garçon très talentueux. En effet, en Angleterre, deux autres clubs semblent faire un appel du pied au Burkinabè. Il s’agit d’Everton et de Stoke. En Allemagne (Dortmund et le RB Leipzig), en Espagne (Valence), ont tous manifesté un intérêt pour le frère Traoré. Evidemment, Ajax ne voit pas d’un bon œil le départ de son attaquant. Mais le club hollandais sait qu’un prêt a toujours un retour et, surtout, quand le club bénéficiaire n’a pas les moyens de transformer le prêt en achat. Pour Bertrand et son agent, David Traoré, l’aîné de la famille, il faut prendre la bonne décision. Et l’agent l’a compris. Il n’hésite pas à mettre la pression : « Bertrand a besoin de stabilité. Quand il joue à Chelsea, on dit que c’est un joueur de prêt, et quand il est en prêt, on dit que c’est un joueur de Chelsea. Pour qu’il franchisse un palier, il faut qu’il évolue dans un club performant qui joue au ballon. C’est pour cela que Bertrand a besoin de garanties sportives et aussi de discuter avec un entraîneur qui saura utiliser au mieux ses qualités, notamment devant le but. » Il ne reste qu’à croiser les doigts pour que tout se passe bien pour celui qui incarne l’avenir de notre sport-roi.

J J TRAORE


Commenter l'article (0)