Grogne dans les médias publics burkinabè

Publié le mardi 16 juillet 2013

La presse publique de notre pays traverse une zone de forte turbulence. Les journalistes sont très remontés contre leurs autorités. Outre un certain nombre de vieilles questions inscrites sur leur plateforme revendicative, c’est la question d’immixtion de responsables de ces medias dans les éléments de reportage de journalistes qui a fait monter la tension d’un cran. Ainsi donc, les journalistes des medias publics ont traduit leur courroux ce mardi 16 juillet par un sit-in devant les locaux de leur ministère de tutelle. Environ, 200 confrères de la télévision, de la radio nationale et du quotidien d’Etat ont tenu ce sit-in dès 7h de ce matin jusqu’à 10h. Les manifestants arboraient des pancartes et professaient des propos exigeant le respect de l’éthique et de la déontologie dans les medias publics. Pour ce faire, ils avaient un mot à remettre au ministre. Mais en lieu et place du ministre, la lettre a été remise au Secrétaire général de la communication dudit ministère.

Après le sit-in, les manifestants se sont retrouvés à la bourse du travail pour faire le point de la mobilisation et dégager les perspectives pour les jours à venir. Il a été donc question d’une prochaine rencontre avec le Premier ministre pour trouver une solution. A défaut, d’autres mesures plus coriaces et d’envergure seront mises en œuvre, ont prévenu les responsables du syndicat.