MPP,Le changement radical programmé

Publié le lundi 12 mai 2014

Le MPP est désormais structuré, avec des instances légales. Il a aussi décliné son programme politique et promet de remettre tout à plat, en 2015 quand il va arriver au pouvoir. La machine MPP est lancée avec pour destination finale Kosyam.

La mobilisation n’est plus un défi pour le MPP. Les assises du 5 et 6 avril ont confirmé la force de mobilisation du nouveau parti. Et une nouvelle fois, en décidant de clore son premier congrès dans un stade de 15 000 places, le nouveau venu, à peine deux mois d’existence, a mis la barre très haut en matière de mobilisation. Une mobilisation monstre professionnellement canalisée. De bout en bout le congrès a été maitrisé et même millimétré. Une maison du peuple pleine à craquer avec un écran géant et des bâches dressées dans la cour pour permettre à ceux qui n’ont pas eu accès à la salle de suivre la cérémonie d’ouverture. Ou encore un stade municipal de Ouagadougou plein et effervescent, tout habillé aux couleurs du MPP pour la cérémonie de clôture.

Toutes les régions étaient représentées à ce grand rendez-vous qui consacre la vie future du parti. Le parti semble être déjà implanté au sein du peuple comme le souhaitait le thème du congrès : « écrire une nouvelle page dans l’histoire de notre pays en consolidant l’implantation de notre parti au sein du peuple pour une alternance démocratique en 2015 ». C’est un congrès tant attendu qui vient de se tenir et les lignes directives se dégagent progressivement. La cérémonie de clôture a été une occasion pour le trio Roch-Salif-Simon de déballer le projet politique qu’ils, (avec le MPP) ont pour le Peuple burkinabè, une fois au pouvoir. C’est le changement radical assure Salif Diallo. Le programme social-démocrate du Mouvement du Peuple pour le Progrès promet de profondes mutations. Ainsi du secteur de l’économie au secteur de la culture en passant par la santé, l’armée, le sport, l’exécutif, l’éducation et le législatif, rien ne sera comme aujourd’hui. Pour le premier vice-président du MPP chargé de l’Orientation politique, « les ministères existants, l’assemblée nationale, les mairies et conseils régionaux seront dissouts, pour reconstruire de nouveaux ministères qui répondent aux aspirations du peuple. L’armée et les forces de défense connaîtront des reformes, pour que l’armée, la gendarmerie, la police la douane, les eaux et forêts constituent des forces soumises au pouvoir civil démocratiquement élu ».

Le MPP fixe la prise de pouvoir pour 2015 (ph, montage Evénement)

Le MPP, promettent les premiers responsables, ne sera pas « un parti de notabilités », mais bien « un parti du peuple » Tous les citoyens sur le même pied d’égalité. Et pour permettre une distribution équitable des ressources, le MPP entend instaurer une économie de marché bien régulé, où il n’y aura « plus de monopole » pour le grand bonheur de tous les commerçants. La foule manifestait sa présence à chaque phrase de Salif Diallo par des acclamations, des sifflements et autres signes de satisfaction. « Nous allons revenir sur le code minier afin que l’or du Burkina Faso revienne au peuple Burkinabè » lance Salif à la grande satisfaction du public. Ce secteur qui semble être sensible ou qui fonctionne sous la forme d’un « cartel de drogue » ne sera pas occulté pendant le mandat du parti du soleil levant.

Quelle place pour la jeunesse et la femme dans le programme du MPP ?

Dans la loge de la tribune officielle du stade municipal, on pouvait lire sur une banderole affichée « la jeunesse au cœur de notre programme ». Ce qui laisse augurer un souci du MPP pour la jeunesse burkinabè. Et Salif Diallo dans son discours estime que lorsque le parti du Peuple sera au pouvoir, un accent particulier sera mis sur l’éducation au Burkina Faso. « Le système d’éducation et de formation sera revu pour mettre l’accent sur la formation scientifique, la formation professionnelle pour que l’école du Burkina ne soit pas une fabrique de chômeurs » rassure le N° 2 du MPP. Roch Marc Christian Kaboré lors de son discours inaugural du congrès avait déjà affirmé que « les préoccupations des jeunes et des femmes sont au centre des défis que le MPP entend relever pour garantir un avenir serein à la Nation burkinabè  ». Un engagement que Salif Diallo a renouvelé lors de son discours de fermeture. Cette politique sera en effet matérialisée par une participation à hauteur de 50% de jeunes et à 50% aussi de femmes dans le gouvernement version MPP au pouvoir. Selon lui, « les institutions seront revues pour que la femme et le jeune burkinabè qui constituent l’avenir puissent prendre en charge notre avenir, notre développement (ndlr l’avenir et le développement du Burkina) ». Un programme pour les classes laborieuses du Burkina, des paysans, des ouvriers, des jeunes, des femmes et de tous ceux qui souffrent de la misère, de la précarité. Visiblement le MPP prévoit un « Burkina paradisiaque » que l’avenir confirmera. 

Basidou Kinda, W. Basile Sam (stagiaire)


Commenter l'article (3)