Rentrée politique de L’AUTRE Burkina/PSR : Le parti se positionne pour le respect de la Constitution

Publié le mardi 18 mars 2014

L’AUTRE Burkina/Parti pour le Socialisme et la Refondation a effectué sa rentrée politique le samedi 1er mars 2014 à Ouagadougou. Deux principales activités ont marqué cette rentrée : l’assemblée générale des responsables des structures des femmes et une conférence de presse autour des questions d’actualité nationale.

Ce point de presse avait pour objectif de faire un état des lieux de la situation socio-politique nationale mais aussi une occasion pour le parti de réaffirmer sa position sur les grandes questions politiques. Pour Alain Zoubga, membre-fondateur du front républicain, l’actualité socio-politique de notre pays n’est guère surprenante car indique-t-il, « le mouvement de Refondation nationale l’avait souligné depuis 2008 » et serait dû à des réformes politiques insuffisantes.

Le Dr Félix Ouédraogo, vice-président du parti, dans sa déclaration a donc rappelé leur position sur la question de l’article 37 c’est-à-dire « promouvoir l’article 37au rang de principes intangibles (comme c’est le cas de la forme républicaine de l’Etat) de l’impossible révision de la limitation des mandats à deux termes ». Il n’a tout de même pas manqué de critiquer le débat qui oppose la majorité au pouvoir et l’opposition sur la révision de l’article 37 et la mise en place du sénat.

Pour lui, « la passion subjective dans le débat empêche certaines personnes de se rendre compte qu’elles sont accrochées à une Contradiction flagrante. Et l’AUTRE Burkina se positionne pour le respect de la Constitution  ». Les conférenciers ont par ailleurs salué l’initiative du Président Jean-Baptiste Ouédraogo et ses amis qui se sont proposé pour une médiation au sein de la classe politique. Le parti a terminé en prenant l’engagement de s’assumer avec courage pour préserver la cohésion sociale et la paix au Burkina Faso, marqué de nos jours par la multiplication des foyers de tensions sociales et politiques.

Sam W BASILE (Stagiaire)

Propos du Dr Alain Zoubga, président de l’AUTRE Burkina/PSR

"Notre position par rapport à la révision de l’article 37 et la mise en place du sénat n’a pas varié d’un iota. Par contre là où de plus en plus il faut être plus pédagogique, c’est expliquer ce qui se passe par rapport aux dispositions de la Constitution. D’abord nous disons comme d’autres partis que rien n’interdit qu’on révise l’article 37 parce que la Constitution l’accepte. Ensuite pour plusieurs autres raisons, nous avons dit depuis un certain temps qu’il n’est pas opportun, pertinent de réviser l’article 37. Cette position n’a pas varié. Le sénat, c’est clair et net, nous l’avons revendiqué avant le CDP. C’est nous les partis de la Refondation, qui avons revendiqué le sénat et nous y tenons. Nous avons dit que nous avons commis une erreur en traînant tant. Le sénat devrait être mis en place depuis belle lurette. Nous avons attendu inutilement et le faux débat est venu rattraper le sénat, qui se retrouve englué dans un débat qui n’est pas le sien. En quoi le sénat joue un rôle essentiel dans ce qui est prévu pour l’article 37 ? Absolument rien."

BWS

 

 


Commenter l'article (3)