Football et argent : Le monde des nouveaux riches !

Publié le mercredi 11 avril 2012

Le foot business s’est installé aujourd’hui. Adieu le bon ( ?) vieux temps ou l’art et la noblesse de la discipline sportive semblaient la seule chose qui compte. L’argent est, en ce moment, au foot ce que l’oxygène est au corps humain. Les sommes mirobolantes circulent sur la planète foot propulsant dans l’élan des jeunes sortis de nulle part à la tête de fortunes vertigineuses. L’argent risque de tuer le foot. En attendant, l’argent tourne la tête des nouveaux riches.

 

Avec autant d’argent, Eto’o a trouvé la meilleure formule pour dépenser. Il est collectionneur de voitures de luxe. sa dernière, une Bugatti Veyron acouté plus d’un million d’euros. Ici il s’affiche aux côtés d’une bentley GT63 qui coûte plus de 800.000 euros.

Le top 20 des joueurs les plus riches de la cour du roi-foot de l’année 2012 est disponible. En tête, un Argentin. Petit par la taille mais grand par le talent, il est évident que le meilleur joueur de la planète soit aussi le joueur qui à le plus de zéro dans son compte bancaire. Ainsi dit, on ne s’imagine pas à quelle hauteur le talent de la pépite de FC Barcelone, Leonel Messi est rémunéré. Il a encaissé 33 millions d’euros l’année écoulée toutes entrées de sous cumulées ! En francs CFA, lui seul a cumulé au terme de la seule année près de 22 milliards de nos francs, exactement 21 945 000 000 ! Bon Dieu que va-t-il en faire ? Chaque mois, il touche près de 2 milliards de F CFA. Pour être plus précis dès que le jour se lève, Messi encaisse 60 millions de F CFA (exactement 60 123 287 F CFA). Son salaire annuel est de 10,5 millions d’Euros. La « Pub » et autres lui font des recettes de 21 millions d’euros. Le cumul de ses primes s’élève à 1,5 millions d’euros. Et dire que le gamin a encore une longue carrière devant lui ! N’ayant que 24 ans, il va amasser pendant encore une dizaine d’année. Aïe, je ne veux plus y penser, c’est démentiel.

Lionel Messi, le Footballeur le mieux payé au monde

Le numéro 2 de meilleures revenues est l’Anglais David Beckham. Mais son exil aux Etats-Unis où le challenge sportif, en matière de foot est à l’état de nanisme, le « spice boy » s’est maintenu au sommet en termes d’argent. Avec ses 4,8 millions d’euros de salaire annuel, ses 700 000 euros sous forme de primes, ses contrats publicitaires et autres revenus chiffrés à 26 millions d’euros, il empoche un paquet de 31,5 millions d’euros (un peu plus de 20 milliards de F CFA par an) ! Le 3e classé se nomme Christiano Ronaldo. Le Portugais touche l’an 29,9 millions d’euro (soit un peu moins de 20 milliards de F CFA). Ronaldo qui semble lancé dans un duel à distance avec l’Argentin Messi peut se consoler d’avoir battu ce dernier sur un point, le salaire. La star du Real de Madrid émarge pour 13 millions d’euros de salaire annuel. C’est sur le volet contrat publicitaire et autre revenu qu’il est devancé par son rival. Ronaldo n’a que 15,5 millions d’euros de contrat. En versant de tels salaires pharaoniques, les clubs ont aussi fait des 2 hommes (Messi et Ronaldo) les joueurs les plus chers de la planète foot. Des clauses libératoires définissent les conditions d’un éventuel départ avant terme du joueur. Pour s’offrir dorénavant l’Argentin de FC Barcelone, il faudra verser 250 millions d’euros (plus de 166 milliards de F CFA). Quant à Ronaldo, c’est la totale. Le Real n’acceptera son départ anticipé que contre un chèque tout rond de 1 milliard d’euros (665 milliards de F CFA). Autant dire le budget d’un Etat ! Le numéro 4 des meilleurs salaires est un Africain. Ce n’est pas pour rien que Samuel Eto’o Fils a quitté la lumière des télé et la ferveur médiatique des pays de foot pour aller se terrer en Russie sous les couleurs de l’inconnu Azhi Makhachkala. Il a été appâté par les multiples zéro sur son bulletin de paie. Eto’o touche par an, 20 millions d’euro. Sur le plan salarial, il devient ainsi le numéro 1 mondial. C’est quand même une fierté. Mais c’est surtout un gros pactole qu’il va empocher là. Du coup, il est monté dans le classement des bons revenus avec un cumul annuel de 23,3 millions d’euros (plus de 15 milliards de F CFA). L’Anglais Wayne Rooney est 5e, 20,6 millions d’euros (plus de 13 milliards de F CFA) l’an. 6e, l’Argentin Agüro de Manchester City, 18,8 millions d’euros (plus de 12 milliards de F CFA) l’an. Le 7e est un Africain, l’Ivoirien Yaya Touré, 17,6 millions d’euros (plus de 11 milliards) l’an. 8e Fernando Torres, 16,7 millions d’euros , 9e Kaka, 15,5 millions d’euros, 10e Lahm du Bayern de Munich, 14,3 millions d’euros, 11e, Ibrahimovic du Milan AC, 14 millions d’euros. Drogba de Chelsea est 17e avec 13 millions d’euros l’an. Dans la cour du roi foot, l’argent circule. Il est vrai que les sommes annoncées qui passent de mains en mains ne sont pas les choses les mieux partagées de ce monde. Autant il y a des joueurs riches autant il y en a de pauvres. Et souvent dans le même championnat, on a l’impression « de ramasser tout » pour un seul au détriment des autres. Mais ce qui est surtout révoltant, c’est le comportement des nouveaux riches. Karim Benzema, l’attaquant du Real de Madrid qui avec ses 11 millions d’euros net annuel a manqué de peu le podium du top 20 n’a trouvé autre chose à faire que d’assigner, en justice, sa tante et sa cousine pour les contraindre à participer au versement de la pension alimentaire de 1500 euro mensuel (900 000 F CFA) de sa grand-mère. Et comble de l’affaire, c’est cette même grand-mère qui l’a élevé. Ce cas n’est pas unique. Près de nous, l’ingratitude semble une marque déposée du joueur burkinabè. Le plus souvent issus de familles très modestes, ceux-là qui se la jouent en stars complètes oublient vite ceux qui leur ont tendu l’échelle. Nous ne citerons pas de noms de peur d’en oublier. Mais nombreux sont ces joueurs qui ne veulent plus sentir leur bienfaiteur d’hier seulement. En fait, l’argent gagné facilement et massivement fait perdre la tête à la majorité. Un joueur burkinabè professionnel de son état avait cette facilité d’acheter des bouteilles de champagne à 50 000 F CFA en boite pour « faroter ». Pendant ce temps, son bienfaiteur qui a vendu son terrain pour l’aider à rallier l’Europe se mourait de sa maladie, faute moyens pour sa prise en charge. Mais au-delà de ce comportement méprisant des uns et des autres, le flot énorme d’argent dans le foot risque de tuer ce sport. Pour nous, il ne sera pas possible au roi foot de continuer aussi longtemps encore son train de vie actuel. Les crises économiques se multiplient dans le monde. Les ressources commencent à se raréfier. Le ballon rond ne sera pas éternellement épargné. Il faut craindre ce jour où la récession va frapper aux portes.

Par J J Traoré


Commenter l'article (22)