C’est quoi cette affaire ?

Publié le lundi 20 janvier 2014

Le dernier conseil des ministres, celui du 8 janvier 2014, a attribué le marché de réhabilitation de la route Koupela-Tenkodogo-Bittou-cinkansé et la bretelle Mogandé à l’entreprise SOROUBAT pour la somme de 74 milliards environ. Le délai d’exécution est fixé à 24 mois.

Sauf qu’un précédent Conseil des ministres, celui du 6 novembre 2013, avait attribué le marché de réhabilitation d’une portion de cette même route à l’entreprise SACBA-TP de Alizeta Gando pour un montant de plus de 13 milliards de francs CFA. Ce marché concernait « le tronçon Tenkodogo- Ouada » Long d’environ 28 km.

Que faut-il comprendre ? Que le nouveau marché, dont le nombre de kilométrages exacts n’a pas été donné exclu « le tronçon Tenkodogo- Ouada ? »

Le Libellé du nouveau marché indique qu’il s’agit de la route Communautaire CU 9 qui va de Koupela à Cinkansé en passant par Tenkodogo et Bittou et qui prend en compte la bretelle de Mogandé qui va à la Frontière avec le Ghana, d’une longueur d’environ 7 kilomètres. La longueur du tronçon ainsi concerné est d’environ 160 kilomètres. Le montant du marché est d’un peu plus de 74 milliards.

Du point de vue des coûts, en faisant les comparaisons nous avons les situations suivantes :

- le marché attribué à Alizeta Gando, 13 milliards pour 28 km, soit environ 464 millions le kilomètre de route.

- Le marché attribué à SOROUBAT, 74 milliards pour environ 160 km, soit environ 462 millions le kilomètre de route.

Au niveau des prix, les deux marchés sont passés à peu près dans les mêmes conditions financières.

Qui est alors cette entreprise, SOROUBAT, dont le nom n’est pas familier, le moins qu’on puisse dire. Nous sommes allés voir sur le net et cette entreprise est Tunisienne et a été fondée en 1974. Elle est spécialisée dans la construction des routes.

Il reste à clarifier le rôle de chacun dans cette affaire. Le marché attribué à Gando est financé par la BOAD, la banque d’investissement de la CEDEAO ( BIDC) et le budget de l’Etat gestion 2013.

Celui attribué au groupe tunisien est financé par deux dons, du FAD et de la KFW, d’un prêt du FAD et du budget de l’Etat. En clair il ne peut s’agir que de deux marchés différents. Sauf qu’il semble concerner un même objet ou des parties du même objet.

Il faut sûrement au porte-parole du gouvernement de clarifier la situation. Le marché attribué à SOROUBAT exclu-t-il les 28 km préalablement attribués à Alizeta Gando ? Si oui, il faut le dire. Les contribuables pourront alors vérifier sur le terrain, ce qui se passe. Le constat que l’on peut faire, c’est que sur le terrain, Alizeta qui a eu le marché en novembre 2013 n’a pas encore démarré les travaux.

Le groupe SOROUBAT, vient d’être officiellement désigné en ce mois de janvier, pour des travaux qui doivent durer 24 mois.

Les choses ne devraient pas tarder à se clarifier sur le terrain. Mais il est bon quand même que des précisions soient apportées surtout que le nom de la belle-mère est gâté, comme disent nos cousins ivoiriens.

Newton Ahmed BARRY


Commenter l'article (2)