Lucarne citoyenne N°268

Publié le mercredi 4 décembre 2013

CEG de Sapouy les classes en paillotte ont été rasées

Nous avions déploré dans une de nos éditions qu’une capitale provinciale comme Sapouy continue à présenter cette image misérabiliste où des écoles, voire même le premier établissement secondaire de la ville sont en paillotte.

Outre le désagrément pour les élèves et enseignants qui sont exposés au vent, à la poussière et à la pluie, il y a que le spectacle plombe l’image d’un Burkina que l’on veut émergent. Eh bien, les choses sont en train de s’arranger puisque deux bâtiments à l’usage de classes sont en construction dans l’enceinte de l’établissement et un serait même terminé. Les élèves s’y sont déjà installés et la finition du deuxième bâtiment est imminente. C’est un effort louable qu’il ne faut pas passer sous silence même si nous devons signaler qu’il ne règle cependant pas tous les problèmes.

En effet, le CEG est en train de se transformer en Lycée avec l’ouverture de la seconde. C’est dire que l’insuffisance des classes continuera à se poser. D’ailleurs certaines classes fonctionnent actuellement sous le régime du double flux. C’est donc dire que le goulot d’étranglement sera durable si des mesures énergiques ne sont pas prises pour accroître de manière significative les infrastructures. Il faudra bien de la volonté politique si nous voulons être au rendez-vous de 2015 qui est la date butoir fixée à Jomtien à Thailande pour réaliser L’Education pour Tous (EPT). Yako !

Les pénuries d’eau sont de retour à Ouaga

C’est comme d’habitude. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Les vieux quartiers de Ouagadougou ont presque toujours été épargnés ou presque par les coupures intempestives d’eau. Par contre quand on se trouve à la périphérie, vous pouvez rester une journée entière sans eau dans les robinets.

Les années se suivent et se ressemblent. Si on peut comprendre qu’il y ait des tensions en période chaude parce que la demande est très forte tant pour l’eau que pour l’électricité, on ne peut cependant comprendre qu’à peine sortis de la saison des pluies on nous parle de coupure d’eau.

Si en novembre, il faut rester tard, parfois au-delà de minuit, ou se réveiller tôt, aux environs de trois heures du matin pour espérer faire une réserve d’eau, il y a lieu de s’inquiéter. Avec ça, les responsables de l’ONEA sont à peine audibles ou alors serait-ce nous qui sommes sourds ? On veut comprendre. Ce n’est guère mieux à la SONABEL où le rationnement du jus semble être devenue la religion !

Taxis-bagagistes : y’en a marre !

 Il ne se passe pas un seul jour sans que les taxis-bagagistes ne provoquent des incidents sur la voie publique. Et quand vous avez la vie sauve, ce n’est pas sans séquelles graves. Le hic c’est que ces véhicules sont rarement assurés.

Dès les premières importations de ces engins, on avait émis des craintes que ces taxis d’un nouveau genre ne viennent aggraver la situation. Voila que leur nombre a explosé en quelques années et les accidents avec. Comment pourrait-il en être autrement quand ces conducteurs se comportent comme les rois de la route et se permettent toutes sortes de fantaisie. Ils occupent tantôt la voie du milieu, tantôt la voie des cyclistes ou les deux à la fois. Imprévisibles, ils constituent un danger permanent.

Leurs victimes sont légion : femmes, hommes ou enfants en font souvent les frais. Certes, le job en lui-même n’est pas en cause mais il importe de revoir les conditions d’exercice. La sécurité des usagers doit être le leitmotiv qui doit guider les pouvoirs publics. Et si on décidait par exemple que les taxis-bagages évoluent dans les zones périphériques ? Là où les taxis traditionnels rechignent à aller.


Commenter l'article (1)