Ces chiffresde la SONABHY qui sont difficiles à vérifier !

Publié le mardi 10 avril 2012


En 2010, quand le gouvernement avait décidé d’augmenter les prix du carburant, il nous avait sorti un tableau de chiffres astronomiques censés traduire les pertes de la SONABHY. Deux ans après, bis repetita, les chiffres sont encore là. Le déficit est encore énorme ; 90 milliards de francs cfa. Présentée de la sorte, la chose emporte forcément l’adhésion. Sauf que la démonstration s’arrête en chemin. Si la SONABHY a perdu 90 milliards, combien la TPP (la taxe sur les produits pétroliers) a rapporté au gouvernement ? Le déficit de la SONABHY, qui est toujours une entreprise d’Etat, ne peut résulter que de la différence entre les pertes directes de la société et les gains de la TPP.

 

Or sur cette question, le gouvernement se refuse à la transparence. On est quand même surpris du décret qui institue « un mécanisme de réajustement automatique des prix des hydrocarbures au Burkina ». Un tel mécanisme n’existe-t-il pas déjà depuis le temps de Alain Yoda ? Tout le monde se souvient que les prix étaient indexés sur le marché.

Est-ce que ça a changé entretemps ? Ce qui était promis depuis Yonli, c’était de rendre publique la structure des prix du carburant. Le projet, à ce qu’on voit, ne serait plus à l’ordre du jour. Le problème de la SONABHY, c’est que sa gestion n’a jamais été transparente, particulièrement depuis 1996. SONABHY, c’est comme la douane, elle est pourvoyeuse de « cantines ». 

 

Les dernières informations sur les prix des carburants dans la sous région montrent bien qu’en dehors de la Côte d’Ivoire et du Sénégal, les carburants étaient plus chers au Burkina qu’au Niger et au Mali ( SONABHY, février 2012). Il n’est donc pas établi que les pertes qui sont avancées reflètent la réalité. Autrement que la SONABHY permette qu’on accède à ses chiffres et que l’on comprenne son mécanisme de calcul. Sur cette question de l’énergie, le gouvernement serait bien inspiré de jouer la transparence. 

 

Au même moment, ça fait quand même mauvais genre que la présidence du Faso s’achète des Mercedes à 50 millions la pièce. Est-il vraiment urgent de s’acheter cinq (05) Mercedes Benz E200 CGI à 244 999 996 FCFA ? Disons, en arrondissant, 250 millions de francs. Cette dépense là est-elle opportune au moment où l’on oblige les Burkinabè à se serrer la ceinture ? Le gouvernement dit avoir pris des mesures d’accompagnement pour éviter que la hausse des prix des carburants ne se répercute sur le quotidien des Burkinabè. Il n’y a pas annonce plus malhonnête.

 

D’abord la hausse des prix des carburants engendre chez le consommateur immédiatement un renchérissement des dépenses. Il faut débourser 50 f supplémentaire par litre d’essence. Environ 725 f par litre désormais. Chacun peut facilement faire le calcul à son propre niveau. Ensuite, quand la vendeuse de légumes prend sa moto pour se rendre à Loumbila, est-ce qu’on peut lui interdire de répercuter la hausse de l’essence sur son prix de revient ?

Enfin, c’est connu, ces mesurettes sont des trompes couillons.

 

L’inflation des prix se fait crescendo. Ce qui est important, ce sont les premiers moments, le temps que le consommateur s’accoutume. Puis la loi du marché prend le dessus. Dans deux mois, quand les transporteurs vont augmenter le prix du ticket, le consommateur ne fera plus le lien avec l’augmentation du prix du carburant du 1er avril 2012. Il en sera de même pour les autres produits de consommation.

 

Enfin, il est peut-être temps d’arrêter de multiplier les niches fiscales. Le dernier conseil des ministres a décidé de défiscaliser les prestations de la SCADD. Pour ce programme, ce sont environ 7000 milliards de francs cfa qui doivent être mobilisés. Des investissements énormes qui ne devraient rien rapporter au budget de l’Etat. Curieux non ? Les entreprises nationales qui auront les marchés n’auront rien à payer.

 

Il faut être sérieux, surtout quand tout le monde sait aujourd’hui qui sont ceux qui sont susceptibles de remporter de tels marchés.

Par Newton Ahmed Barry


Commenter l'article (131)