Coupe du monde 2014 : Les Etalons jouent « leur qualif » au 4 août

Publié le lundi 30 septembre 2013

Le 12 octobre prochain, les Etalons ont rendez-vous avec l’histoire. Ce jour-là, ils vont jouer la manche aller des barrages de la Coupe du Monde Brésil 2014. Face aux Fennecs d’Algérie au 4 Août, le onze burkinabè joue la qualification avant le difficile match retour à Blida en Algérie.  Rarement un match se présente aussi indécis.

Le face à face Etalons-Fennecs comptant pour le ticket de la Coupe du monde s’annonce très équilibré. Vahid Halilhodzic, le sélectionneur Algérie l’a si bien dit : « Ce sera du 50-50 ». Même analyse de Paul Put entraîneur du Burkina qui parle de « tirage équilibré ». Les deux formations ont beaucoup de choses en commun.


Les Etalons peuvent se qualifier s’ils ont su comment jouer à Ouagadougou


Les deux formations sont composées de joueurs à 99% professionnels. Mais chacune d’elle déplore la non compétitivité de ses éléments dans leurs championnats respectifs en ce début de saison. Côté Etalons, Mohamed Koffi, Paul Koulibaly au sein de la défense, Florent Rouamba, Djakaridja Koné (milieu) et Aristide Bancé (retour de blessure) manquent de temps de jeu. Côté Algérien, le constat est si patent que le coach Bosnien en perd même son sommeil. « Parmi 31 présélectionnés, j’ai 5 avant-centres. Personne n’a joué la moindre minute cette semaine » avait-il déploré la semaine surpassée. Ainsi, à un mois du match aller à Ouaga. 90% du onze titulaire de l’EN ne joue pas. Singulièrement ses attaques n’avaient pas de temps de jeu dans leur club respectifs. « Un joueur qui ne joue pas n’est pas compétitif. Sur les 31 joueurs que j’ai présélectionnés dont 5 gardiens, j’ai retenu 5 avant-centres évoluant dans l’axe ; sur ces 5, pas un joueur n’a joué une seconde cette semaine. Comment vont-ils être prêts pour ce match ? Est-ce qu’on peut les remplacer ? Est-ce qu’on peut trouver des éléments de valeur pour en changer 5 », s’est-il interrogé. Mais les deux adversaires ont eu de bonnes nouvelles le week-end passé. L’Algérie a constaté que la plupart de ses joueurs européens ont pris part aux matches de leurs équipes. Mis à part Belfodil (Inter de Milan), lequel trouve du mal à s’imposer dans un effectif interiste qui carbure à plein régime Foued Kadir, Faouzi Ghoulam, Rafik Zoheir Djebbour et Essaid Belkalem ont chacun joué. Le Burkina Faso aussi a eu droit à son lot de d’excellentes nouvelles. A la faveur de l’Europa League, les internationaux Burkinabè ont eu du temps de jeu. En Modavie, Wilfried Benjamin Balima et le Sheriff Tiraspol en Russie Charles Kaboré du club Kuban Krasnodar en France Bakary Koné de Lyon ont tous joué en Europa League. Djakaridja Koné de Evian TG a pris du plaisir à renouer avec la compétition en championnat Ligue 1. Aristide Bancé aussi, non content de retrouver la compétition a été auteur d’un doublé phénoménal en amicale contre VFB Bottrop participant ainsi à la large victoire de sa formation, Fortuna Düsseldorf (8-1). Preuve que Bancé est déjà apte pour célébrer son retour le 12 octobre à Ouagadougou. Le coach Paul Put peut aussi mieux respirer. Son attaquant, Préjuce Nalcoulma qui a contracté une blessure dans le championnat Polonais pourrait être récupéré pour le match. De même, le test plus ou moins réussi de Stève Yago offre au coach Belge des Etalons une solution à l’absence de Paul Koulibaly dans le secteur médian de la défense. Le joueur qui vient à peine de quitter le Burkina pour l’Irak serait à court de fraîcheur physique. Il faudrait faire encore sans Alain Traoré, le sociétaire de Lorient qui a été victime d’une énième blessure. Dans cette double confrontation, l’Algérie a un léger avantage, celui de recevoir en match retour. A Bilda (lieu du match retour), les Fennecs auront l’avantage du terrain donc un public totalement acquis pour tenter le tout pour le tout. Mais les Etalons doivent prendre pour avantage la réception en match aller au 4 Août le 12 octobre prochain. Il est vrai que certains analystes tentent de dire que dans le foot moderne, le match à l’extérieur n’est plus un danger pour l’équipe visiteuse. Peut-être ! Mais aussi bien que le 12e homme compte encore dans le foot le match à domicile présente dans avantages à ne pas négliger. Partant, les Etalons se doivent de faire un bon résultat à Ouaga. Derrière eux, il y aura tout un peuple. Les Algériens le savent. A preuve, ils ont voulu limiter l’impact des supporters des Etalons en demandant 15 000 billets pour un stade du 4 Août d’une capacité de 40 000 places. Finalement la Fédération burkinabè de football ne leur a donné que 2000 tickets. Les Etalons doivent s’attendre à une forte pression, une adversité voire même une hostilité lors du match retour à Blida. C’est un climat qui peut gêner. Par anticipation alors, les Etalons doivent chercher à prendre de l’avance à domicile. Le voyage d’Algérie n’interviendra que pour défendre les acquis. Déjà, la Fédé a vu juste en programmant le match à 16h. Il faut jouer avec nos atouts. Nos confrères algériens s’enflammaient déjà en se laissant dire que le match se disputera à 18h quand les rayons du soleil ont disparu. Les Fennecs redoutent la chaleur de Ouagadougou. En apprenant l’heure réelle du match, il est certain que les adversaires des Etalons vont se faire une pression supplémentaire. Sur le plan psychologique les Etalons du Burkina Faso ont un léger avantage tant il est que dans les dix dernières années, les Etalons n’ont plus de complexe devant l’Algérie. Depuis 2003, le meilleur résultat de l’Algérie devant le Burkina est un match nul. Cependant, les deux pays se sont retrouvés face à face 18 fois de leur histoire commune. Le bilan général donne huit victoires pour les Fennecs, cinq succès pour les Etalons et cinq matchs nuls. Décidemment chaque équipe a sa chance. La détermination va donc faire la différence.

J J Traoré


Commenter l'article (6)