Centre d’accueil Jeanne Ilboudo de Siglé : Les pensionnaires lancent un cri de cœur

Publié le mardi 10 avril 2012

Le Deputé OUIYA, parrain de la journée remettant des vivres

 « Ne nous abandonnez pas, aidez-nous à jouir de nos droits et nous vous promettons de faire nos devoirs ». C’est le message des orphelins et enfants vulnérables du Centre d’accueil Jeanne Ilboudo de la commune rurale de Siglé dans le Bulkiemdé. Un véritable cri de cœur adressé à toutes les bonnes volontés à l’occasion de la journée de solidarité organisée par le Groupe d’appui en santé, communication et développement (GASCODE) le 31 mars dernier à leur intention. Selon ces enfants, jouir de ses droits, c’est d’abord se nourrir, se soigner, se vêtir et aller à l’école. A Siglé, ces droits ne constituent pas encore une réalité pour de nombreux enfants. Dans les villages de la commune, des centaines d’enfants sont dans une situation de vulnérabilité extrême, voire de détresse. C’est la raison pour laquelle le centre a été créé en 2009 dans cette commune grâce à l’appui des partenaires espagnols de GASCODE, à savoir Fons Mallorqui de solidaritat, Ajuntamente de Palma et Mallorca Amiga. Mais aujourd’hui, le centre connait des difficultés de financement. Les appuis venant du Nord s’amenuisent d’année en année avec la crise financière qui frappe les pays et organismes donateurs. Le proverbe africain disant « si on te lave le dos, lave-toi au moins le visage » est donc désormais d’actualité à GASCODE. L’association fait appel aux structures locales, régionales et nationales ainsi qu’aux personnes ressources pour appuyer ses différents centres dont la construction et les premières années de fonctionnement ont été entièrement financés par des partenaires extérieurs. La mayonnaise semble prendre timidement. L’appel des enfants n’est pas tombé dans les oreilles d’un sourd. Ils ont reçu une dizaine de sacs de mil, des habits et du savon. Au cours de la cérémonie de remise de ces dons, un jeune tradipraticien du nom de Pogbi, a laissé parler son cœur. Il a fait venir un sac de riz. Un tonnerre d’applaudissement a suivi l’annonce de ce geste qui a particulièrement réjoui la présidente de GASCODE, Pascaline Sebgo. Elle se bat pour que ce centre ainsi que d’autres puissent fonctionner avec des appuis locaux en attendant d’avoir des financements pour développer des activités génératrices de revenus en vue d’évoluer vers l’autofinancement. Le parrain, le député Bertin Ouiya, s’est engagé à être le porte-parole des enfants partout où c’est nécessaire. Le Centre accueille une trentaine de pensionnaires et soutient 120 enfants vulnérables dans leurs familles. Il porte de nom de Jeanne Ilboudo, « une femme qui a perdu son époux puis ses fils et leurs épouses et s’est retrouvée toute seule, à un âge avancé, à élever ses petits-fils orphelins dans la misère, mais dans la dignité ». L’ONG Mallorca Amiga l’avait interviewée en 2002 et sa photo a fait partie de celles retenues pour l’exposition faite en Espagne sur la vie des femmes du Burkina Faso. Elle est décédée deux ans plus tard. C’est pour lui rendre hommage que le centre porte son nom.

 

Idrissa Barry


Commenter l'article (1)