L’Afrique du Sud, la nouvelle route commerciale pour le Burkina

Publié le mardi 24 septembre 2013

C’est une première. Des produits sud-africains au Burkina Faso, on n’en avait pas encore vu, mais cette fois, ils sont là. Mieux l’Afrique du Sud que l’apartheid avait isolé dans le commerce mondial, veut se donner des moyens de revenir occuper la place qui lui revient. Membre éminent des BRICS, l’Afrique du Sud veut privilégier les rapports commerciaux avec « ses frères du sud ». Les hommes d’affaire sud africains investissent donc le continent. Ils proposent des produits de qualité, que l’on ne pouvait pas soupçonner sous nos latitudes sahéliennes.

Exposition de frigots solaires made in Afrique du sud (ph : Evenement)

Certains hommes d’affaire burkinabè ont commencé à faire affaire avec les sud africains. Quel moyen pour faire connaitre ces produits sud africains ? Ils ont organisé à cet effet, dans la représentation diplomatique du pays de Madiba à Ouagadougou, une séance de dégustation le 30 aout 2013. Il faut exposer, permettre au Burkinabè de déguster, prendre goût et se décider à en consommer, donc stimuler la demande. C’est une première, mais comme nous le confie un responsable de l’ambassade, il y’aura d’autres occasions pour que d’autres produits soient présentés au public Burkinabè.

Ernest Ky est dans le vin. C’est un jeune Burkinabè pionnier dans l’importation des produits sud-africains pour approvisionner sa cave. « Ça fait au moins 8 ans que je suis dans le vin. J’ai essayé de promouvoir les vins sud-africains ici au Burkina Faso ». Avant que l’Afrique du Sud ouvre une ambassade au Burkina et alors qu’il fallait se rendre en Cote d’Ivoire pour trouver le visa, il était déjà sur la sellette. Mais en ce moment là, Ernest était seulement « œnologue », sans penser forcement à d’autres produits alimentaires made in Nation arc-en-ciel. Puis le hasard faisant bien les choses, un de ses clients canadien invite un ami Sud africain, lors d’une fête chez lui à la maison et lui offre du vin sud africain venu de la cave de Ernest. L’ami invité n’en revient pas. Il demande à son hôte comment il a pu avoir ça. Le canadien lui montre la cave de Ernest. Après l’avoir visité, il se convainc que cela peu marche ici. C’est le rapprochement entre Ernest et le personnel de la toute première ambassade sud africain au Burkina. Et, lorsque l’idée d’organiser la dégustation germe dans la tête des missi dominici sud-africain, Ernest constitue le fer de lance avec d’autres jeunes qui l’on rejoint dans le commerce avec ce pays en faisant dans l’électronique et les appareils ménagers. « Ensemble nous pouvons constituer l’ossature des hommes d’affaire entre les deux pays »

Dynamiser la coopération sud-sud

L’Afrique du Sud est parvenue à réintégrer l’économie mondiale après une longue période de difficultés politiques internes et de réactions internationales au régime de l’apartheid. Sa position dans l’architecture du commerce mondial est restée constante depuis 1995, et cette tendance constante tranche avec la performance de ses partenaires des BRICS. Ces pays ont continué à approfondir leur intégration dans le commerce mondial au milieu des années 90.

Dans le document stratégie pays 2013-2017, de la BAD, il est mentionné que depuis que les économies des pays émergents, en particulier les BRICS dont l’Afrique du sud, ont commencé à enregistrer une croissance constante, la coopération internationale a connu non seulement de nouvelles opportunités, mais elle doit faire face également à un certain nombre de problèmes spécifiques.

Les échanges Sud-Sud vont de plus en plus croissant et se sont développé plus rapidement que les échanges Nord-Sud. Les investissements Sud-Sud ont également affiché un dynamisme important. 

L’Afrique du Sud commerce déjà bien avec l’UE

En 2012 ce sont 26,6 milliards d’euros d’exportations vers l’Europe des 27. Selon un communiqué de Eurostat, publié le 15 juillet 2012, les échanges commerciaux entre ces deux pays se sont redressés après 2009 pour atteindre ce chiffre. Ce qui est intéressant pour ce pays c’est que les importations sont allées à un rythme plus modéré pour atteindre 20,5 milliards au cours de la même année. La conséquence est que « les échanges de biens de l’UE27 avec l’Afrique du Sud ont enregistré un excédent de 6,1 milliards en 2012, contre +1,3 milliard en 2010 et +4,4 milliards en 2011 ». Bonne nouvelle économique pour la nation arc-en-ciel. Elle est donc dans une dynamique d’échange commercial avec les pays du sud, à l’instar de ceux de l’Europe.

La coopération Burkina Faso/Afrique du Sud sera formalisée avec la commission mixte en les deux pays. Divers domaines seront négociés, tels que la défense, les mines, le commerce, l’industrie, les enseignements et la santé comme l’a expliqué le ministre au cours du cocktail d’au revoir de l’ex-ambassadeur ; Leslie Gantsho. Cela donnera un cadre juridique de coopération bilatérale entre les 2 Etats et les hommes d’affaires Burkinabè pourront trouver en cette destination un nouveau pôle.

Wilfried BAKOUAN

L’Allemagne : premier exportateur de l’UE27 vers l’Afrique du Sud, le Royaume-Uni : principal importateur

Parmi les États membres de l’UE27, l’Allemagne (8,8 mrds d’euros, soit 33% des exportations de l’UE27) a été de loin le premier pays exportateur vers l’Afrique du Sud en 2012, suivie du Royaume-Uni (4,1 mrds soit 16%), des Pays-Bas (2,5 mrds soit 9%) et de la France (2,0 mrds soit 7%). Le Royaume-Uni (7,5 mrds, soit 36% des importations de l’UE27) a été le principal importateur, suivi de l’Allemagne (4,1 mrds soit 20%), des Pays-Bas (2,2 mrds soit 11%) et de la Belgique (1,9 mrd soit 9%). En 2012, les excédents commerciaux les plus importants avec l’Afrique du Sud ont été enregistrés en Allemagne (+4,7 mrds) et en France (+1,3 mrd) et le déficit le plus marqué au Royaume-Uni (-3,4 mrds).

Sources, eurostat


Commenter l'article (19)