PDS/Metba : Arba sort son carton rouge contre Blaise

Publié le mardi 3 septembre 2013

Hama Arba Diallo, président du Parti pour la Démocratie et le Socialisme/Parti des Bâtisseurs (PDS/Metba) était face à la presse ce mercredi 21 août. Objectif ? Donner sa lecture de la situation nationale et africaine de ces derniers mois. C’était au siège du parti.

La situation nationale tout comme celle africaine, connaissent des accélérations et même parfois des dérapages inquiétants. C’est le motif qui a poussé le parti des bâtisseurs à monter au créneau pour situer les responsabilités et décliner des solutions salutaires. Pour ce qui concerne la situation nationale, après avoir décelé dans un langage footballistique les manœuvres du président Compaoré visant à rester mordicus au pouvoir, Arba sur un ton ferme sort son carton rouge : « Le PDS/Metba ne peut pas accepter que des hommes politiques veuillent se perpétuer au pouvoir par des manœuvres perfides en violation des lois et de la Constitution ». Pour lui, l’objectif principal et obsessionnel de Blaise Compaoré dans la période actuelle est d’assoir les réformes politiques qui lui permettraient de demeurer au pouvoir, au-delà de la limite constitutionnelle, « soit personnellement, soit à travers un clone qui pourrait être son frère François Compaoré ». Il signale que son parti est pour l’alternance et par conséquent s’oppose à la révision de l’article 37 de la Constitution. Il a aussi catégoriquement rejeté la mise en place du Sénat qu’il qualifie d’inutile, partisan et coûteux qui pour lui, n’a d’autres objectifs que de consacrer la révision de cet article.

Hama Arba Diallo du PDS/Metba

 Dans son élan à mettre à nue les manigances du locataire de Kossyam, Arba affirme que ce dernier et son Ministre chargé des réformes politiques ont, suite au refus des partis politique de l’opposition regroupés au sein du CFOP-BF ainsi que des organisations représentatives de la société civile, introduit dans le CCRP des partis illégalement baptisés « d’opposition ». Les participants des assises empochaient quotidiennement 30 000FCFA sur une période de 20 jours soit la bagatelle de 600 000CFA par participants à la fin des assises. Et malgré le boycott de cette assise par les partis d’opposition et des organisations majeures de la société civile, le CCRP a cautionné bien de mesures qui entraient dans la stratégie du président Compaoré. Il s’agit notamment de la constitutionnalisation de la chefferie coutumière pour s’assurer le soutien indéfectible des chefs coutumiers ; et aussi de la création d’un Sénat dans lequel seront représentés les syndicats et les communautés religieuses, mais aussi les chefs coutumiers et le patronat qui pourront servir de contrepoids aux velléités d’indépendance des premiers. Et pour s’assurer la docilité des sénateurs, le président Compaoré s’arroge le droit de nommer 29 des membres. Le PDS/Metba dit non à tous ses manèges.

Par ailleurs, le président du PDS a fustigé le traitement inhumain que le gouvernement à infligé aux étudiants. Il a exigé la réouverture des services sociaux des universités de notre capitale et la libération des étudiants détenus sans conditions et sans procès.

Sur la situation africaine, Arba a salué la tenue des élections apaisées au Mali et a félicité le vainqueur du scrutin. Pour l’Egypte, il refuse que l’armée s’arroge le droit de confisquer ou de dicter par la force l’avenir de son peuple.

Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)