Ponce Pilate !

Publié le jeudi 18 juillet 2013

La vie a de ces drôleries, vous ne trouvez pas ?

Moi, si.

Voilà quelqu’un qui a voulu ne pas se mêler de la mort d’un innocent qu’il pouvait sauver et l’a laissé se faire crucifier gratos. 

Il a cru qu’en se lavant les mains, on l’oublierait et voilà que depuis deux mille ans, chaque jour dans le monde, des millions de fois, à chaque messe, on dit son nom dans le Credo :

« Crucifié sous Ponce Pilate… »

Ce n’est pas drôle, ça ?

Grâce à lui, la langue française s’est même enrichie d’une nouvelle expression : <<s’en laver les mains[1]>>. 

Pour ceux qui continueraient à la chercher, l’eau de Pilate s’est évaporée depuis.

Pour les Ponce Pilate d’aujourd’hui couchés sur les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo et leurs compagnons, Dabo Boukary, Guillaume Sessouma, Flavien Nébié et tous les martyrs de ce Burkina, je vous informe que y a plus d’eau pour vous les laver les mains.

Vous allez finir par les juger toutes ces affaires, sinon vos noms y resteront collés pour l’Histoire tout comme celui de Pilate est lié à Jésus pour toujours.

En cherchant à savoir si ‘’Ponce’’ faisait partie du nom de Pilate, je me suis rendu compte sans le savoir que j’avais posé une colle à mes amis prêtres. J’ai été en effet très surprise de constater que parmi la trentaine à qui j’avais posé la question, personne n’en savait la réponse et de fait, ne s’était même jamais posé la question. Seul mon ancien curé (salut padré) a eu le courage de me dire qu’il n’en savait vraiment rien et que si je trouvais la réponse de la lui communiquer.

Ponce est en réalité le vrai nom de Pilate.

Pilate est son surnom. Il est donc plus connu sous son surnom que sous son nom réel. Idem pour Caïphe[2] qui en réalité s’appelait Joseph.

Et vous ne le croirez jamais mais il a même déjà figuré dans le ‘’Martyrologue romain’’. Ça veut dire qu’on évoquait dans l’Église, aux messes et prières ‘’St Ponce Pilate’’ comme St Pierre, St Paul, St Germain ou St Alfred. Il n’y est plus puisque vous n’avez sûrement jamais entendu son nom que dans son rôle infâme de juge inique du Christ. Je suppose que ceux qui l’y avaient mis ont pensé qu’il avait joué un rôle utile et nécessaire dans l’accomplissement des Écritures. Mais d’autres, à la rancœur tenace ont dit niet : << pas de St Ponce Pilate ici>> ; si vous cherchez application de ‘’pardon, amour et charité-,’’ c’est pas dans l’Église universelle-là que vous allez trouver ça dè, les amis.

La parenthèse est fermée. Rires. De toutes façons, moi, je suis ‘’SPF’’ : Sans Pays fixe, sans paroisse fixe. Donc, n Mako ta la.

Bref, revenons à ce cher Pilate. Ponce Pilate qui n’est donc plus saint (mais les églises orthodoxes coptes continuent de l’honorer lui et sa femme Claudia Procula[3] comme saints) serait mort en se suicidant. D’autres sources affirment au contraire que c’est l’empereur Tibère[4] qui l’aurait mis à mort pour avoir injustement condamné Jésus. Or, Tibère serait mort avant Pilate… D’autres encore, qu’il se serait converti en secret au christianisme et serait mort martyre à Rome. C’est ainsi qu’il est honoré en Égypte.

Où est-il à présent ? Bien malin qui pourra le dire. Avec Jésus comme le bon larron ou Lucifer ?

Toujours est-il qu’une légende est née dans la région suisse de Lucerne où un massif montagneux porte son nom. ‘’Le Pilate’’. 

Et selon cette légende, le corps de Pilate aurait été jeté dans le lac au sommet de ce massif après avoir été d’abord refusé par le Tibre, le Rhône (violentes inondations) et ensuite noyé dans le Léman[5]. Il émergerait donc chaque vendredi saint de la Passion pour se laver les mains.

A la bande de c… de juges iniques régnant au Burkina non intègre, je dis M…

<<Bandécon>> ! Je ne peux pas penser à ce mot sans éclater de rires et sans me revoir à Abidjan dans toutes les concessions des vieux Mossé et Burkinabè en général où ce terme avait droit de cité. Quand ce terme fusait, c’est qu’ils étaient vraiment très remontés contre quelqu’un, une situation dans leurs vies d’immigrés. Ce n’est que bien plus tard en grandissant que j’ai réalisé que cette expression se composait de deux mots et pas d’un seul comme je le croyais. Ce n’était pas ‘bandécon’’’mais plutôt ‘’bande de cons’’. Un ami en France que j’ai taquiné avec ça dernièrement, m’a répliqué : << Toi, où t’es allée chercher ce mot encore ? >> Puis il a éclaté d’un fou rire pour me dire ensuite que c’était l’insulte favorite de son père.

 Ponce Pilate n’est donc pas mort puisque il y a encore ses fantômes qui rôdent dans notre Faso actuel. Des Ponce Pilate qui continuent de rendre des verdicts insensés, complètement absurdes, iniques et vraiment révoltants comme la dernière en date concernant la plainte de harcèlement sexuel de Dame Aline Yogo. Ceux qui ont statué que y avait pas eu harcèlement-là, c’est photos ils voulaient wah ou c’est vidéos HD comme preuves supplémentaires ? C’est pourquoi paparazzi est utile parfois car c’est grâce à paparazzi que les frasques de Berlusconi ont été mises à jour.

Donc, les preuves apportées par cette pauvre victime avec les faux et usage de faux avérés sont nulles et non avenues pour eux ?

Imaginez un seul instant qu’à la place de cette dame, ce soit votre fille, nièce, femme ou sœur. 

Auriez-vous rendu le même verdict ? Pensez-y car cela pourrait très bien arriver à vos proches. Alors, messieurs tous les Ponce Pilate du Faso, ayez un peu de compassion envers vos compatriotes et rendez le vrai droit pour lequel vous avez prêté serment dans vos toges qui balaient les couloirs du Palais d’Injustice de Ouaga. Faites honneur pour une fois au symbole que vous représentez. Rendez justice aux citoyennes et citoyens dont les impôts paient vos salaires indécents. Rendez justice non seulement à cette dame, à Mr Siri, mais aussi à cette fillette de Bobo dont vous ne semblez entendre ni les cris, ni les pleurs, ni les supplications de sa famille ; elle pourrait être votre fille, petite-fille ou nièce.

La mère de Norbert Zongo à Koudougou pourrait être votre propre mère, ses frères et sœurs, vos frères et sœurs, ses orphelins, vos enfants. Quittez donc vos palais de verre et vos sièges magistraux de juges iniques et descendez dans le Prétoire car un innocent est sur le point d’être flagellé et crucifié pour un crime dont il est parfaitement innocent et vous le savez. Tout comme Ponce Pilate.

Pour Ponce Pilate, c’est déjà trop tard, mais vous, vous avez encore une chance de ne pas être associés par l’Histoire à la mort d’innocents. Saisissez-là et rendez justice à tous les innocents du Burkina que vous condamnez sans état d’âme.

N’oubliez pas que vous-mêmes serez jugés aussi par le seul vrai Juge qui soit ; et avec lui, y a aucune magouille possible. Ça passe ou ça casse. Et il rend à chacun selon ce qu’il fait[6]. Souvenez-vous-en !

<<Je ne trouve en lui aucun motif de condamnation[7]>> a dit Ponce Pilate.

E vous, que dites-vous ?

Angèle Bassolé, Ph.D.

Écrivaine et Éditrice,

Ottawa, Ontario.

Angelebassole@gmail.com

 



[1] Les Juifs ont répondu à Pilate (alors qu’il se lavait les mains disant ne pas être responsable de la mort de Jésus) ceci : << Que son sang soit sur nous et sur nos enfants>> ; la suite de l’Histoire, on la connait tous, n’est-ce pas ?

[2] Caïphe était Grand Prêtre lors de la comparution de Jésus devant Pilate.

[3] La même qui lui a fait dire de ne pas se mêler de l’affaire de cet innocent... 

[4] Empereur régnant lors du procès de Jésus.

[5] Le Tibre est en Italie, le Rhône et le Léman traversent la Suisse, Vienne et la France.

[6] Ps 61 (62), 13.

[7] Jean 18,38. 


Commenter l'article (0)