Conseil régional du Centre-Ouest : Maurice Moctar installé dans ses fonctions

Publié le mercredi 3 juillet 2013

Maurice Moctar Zongo, c’est ainsi que s’appelle le nouveau président du conseil régional du Centre-ouest. Ce nom n’est pas fortuit. MMZ est né le jour où le premier président de Haute Volta, son excellence Maurice Yaméogo rencontrait son homologue mauritanien, Moctar Ould Dada. Un nom prédestiné donc puisque l’intéressé assume désormais et en digne filleul, la prestigieuse fonction (élective SVP) de président de région. C’est donc devant tout ce que la région compte de notables, au premier rang desquels le premier ministre Tiao, que s’est déroulée la cérémonie d’installation du conseil régional. « C’est au bout de la vieille corde que la nouvelle corde tient sa solidité. » On l’a compris, MMZ entend par cette image tirée de la sagesse africaine s’inscrire dans la continuité. Il ne s’agit pas pour lui de réinventer la roue. Le conseil sortant reconnaîtra t-il, a fait un travail remarquable. Le plan régional de développement 2012-2016, commencé sous la première mandature sera poursuivi, en particulier dans ses cinq axes prioritaires qui sont : l’accroissement de la production agro-sylvo-pastorale et minière, le renforcement des secteurs de soutien à la production, l’amélioration de l’offre des services sociaux de base, le renforcement de la gouvernance locale et de la participation citoyenne et la promotion des activités culturelles, artistiques et sportives. Un joli programme dont la mise en œuvre dépendra du dynamisme de l’équipe entrante. « Nos épaules ont la fragilité de toute épaule humaine, mais nous sommes rassurés et particulièrement heureux de pouvoir compter à la fois sur le soutien de tous à travers la mobilisation de ce jour, l’implication effective de tous, l’expertise et les connaissances de nos valeureux fils et filles dont les qualités de légendaires travailleurs ne font l’ombre d’aucun doute, pour contribuer à faire de notre territoire régional un véritable pôle de croissance crédible et durable. » L’accent sera mis par ailleurs sur « le renforcement du dialogue social, et des liens de fraternité et d’unité afin de favoriser l’ancrage psychologique de la Région, dans les cœurs, les esprits et les actions au profit des quatre provinces et des 38 communes. » Bien dit ! Reste à trouver la formule et les moyens de traduire cette profession de foi en actes concrets. La région regorge sans doute de fortes potentialités mais son développement dépendra pour une large part de sa capacité à opérer une véritable intégration de ses différentes composantes. Un vaste programme.

GBN


Commenter l'article (3)