Gestion et suivi des élèves à l’école : La solution logicielle révolutionnaire vient du Burkina

Publié le mardi 2 juillet 2013

 Abdoul Malicki Zoromé, Burkinabè résident au Canada est le concepteur de cette solution informatique révolutionnaire de gestion des activités et des rendements scolaires des enfants. Le produit est déjà expérimenté dans certaines écoles à Ouagadougou, Bobo Dioulasso et Niamey au Niger.

A travers Easy School, la gestion des flux, des notes d’évaluation et des absences des élèves devient moderne, efficace et intégrée. Conçue dans l’objectif de promouvoir le développement par les TIC, selon son promoteur, c’est plutôt un instrument à la limite espion des mouvements des collégiens et des lycéens. 

Dans une époque où les élèves se forgent eux-mêmes des identités à travers leur capacité de feinter les cours, le logiciel se présente comme un palliatif à ces innombrables difficultés auxquelles sont confrontés les responsables des établissements. Vulgarisé, ce sera fini donc les « ASTICO » (association des tireurs de cours). Le souci de permettre aux acteurs du secteur de l’éducation qui constitue le maillon fort du développement de pouvoir gérer leurs activités facilement, rapidement et avec assurance.

Comment ça marche ?

Le système est composé d’un espace auquel seuls les enseignants peuvent avoir accès et d’une plate-forme sms à laquelle les parents peuvent souscrire afin de recevoir des sms automatiques lorsque l’élève n’est pas en classe dans une fourchette de temps donné. La gestion intégrée permet aussi aux parents de rester à distance et savoir si la scolarité de l’enfant a bien été versée et connaître le contenu des bulletins scolaires de l’élève. Au cours de la conférence de presse organisée le 8 juin 2013 à Ouagadougou via vidéoconférence, le promoteur depuis le Canada à fait intervenir les premiers utilisateurs de l’outil et les hommes de médias ont vécu l’expérience eux-mêmes. Ils ont souscrit et le système leur a envoyé un sms pour donner l’Etat scolaire de leurs enfants (c’était un test)

Décidément, l’homme noir est en train de confirmer sa place dans le monde. Il y a eu des voix qui lui ont dénié toute histoire du fait qu’il n’a pas inventé l’imprimerie. Mais des jeunes comme Abdoul Malicki Zoromé sont en train  de démontrer l’absurdité d’une telle allégation.

WB


Commenter l'article (7)