Les adolescents africains et leurs projets d’avenir, un livre du Dr Issa Abdou Moumoula

Publié le jeudi 18 juillet 2013

Parole d’éducateur, écrit d’enseignant. Les adolescents Africains et leurs projets d’avenir, n’est pas un roman encore moins une chronique journalistique. Il s’agit plutôt de résultats de cinq années de recherches effectuées par un enseignant chercheur de l’université de Koudougou le Dr Issa Abdou Moumoula. Il fait partie des premiers cadres de cette jeune université publique du Burkina Faso. L’auteur, après plus d’une décennie de pratique de conseiller en orientation au sein du Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, a, après avoir soutenu une thèse de doctorat unique en psychologie au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) à Paris, intégré le milieu universitaire burkinabè. Le titre peut paraître ambitieux car la problématique ne concerne que le milieu des lycées burkinabè en fin de cycle. Toutefois l’auteur après une rigoureuse revue de littérature arrive à conclure sur la rareté des dissemblances sous plusieurs cieux, au continent de Lucie et de Cheick Anta Diop. Dans le même sens, l’historicité qui manque à l’œuvre n’enlève rien à la perspicacité de l’analyse. L’auteur abouti a des conclusions fort intéressantes. Il note ainsi, que « Les résultats globaux de cette recherche montrent que les projets des adolescents burkinabé, notamment, peuvent être modélisés sous la forme d’une carte cognitive des formations et des professions s’ordonnant selon deux dimensions majeures : le prestige et le genre du genre. » Ce qui signifie en français facile, qu’en transition vers les universités ou la vie active, il y a des professions valorisantes et d’autres qui le sont moins, toutes choses qui déterminent les choix des adolescents. En plus de cela garçons et filles ne regardent pas forcement dans la même direction.Ce livre de 409 pages, publié chez l’Harmattan en 2013, compte tenu des vicissitudes de l’édition, n’est pas à la portée du citoyen lambda (39,50 euro un peu plus de 25 000F CFA) mais comme la recherche du savoir n’a pas de prix et les 50 exemplaires que l’auteur a été obligé d’acquérir,se vendent déjà comme des petits pains. La raison est que l’oeuvre apporte une contribution significative à la connaissance des processus de construction des projets de jeunes en situation de transition et s’inscrit dans une perspective sociale utile en vue de faire évoluer les politiques d’orientation au Burkina Faso. A bon entendeur…bonne lecture !

Ludovic O KIBORA


Commenter l'article (0)