La CEDEAO s’active à ramener la paix en Guinée

Publié le lundi 1er juillet 2013

En vue d’un retour de l’opposition guinéenne à la table de négociation, une mission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) séjourne actuellement à Conakry. Il faut dire que le dialogue entre le pouvoir et l’opposition a été suspendu suite aux faits que Cellou Dalein Diallo, chef de l’opposition, a affirmé avoir été pris à partie par les forces de l’ordre et par des partisans du parti au pouvoir. Également, il a dénoncé l’attaque de son domicile par ces derniers. Immédiatement après l’attaque de son domicile, Cellou Dalein Diallo a affirmé son intention de suspendre sa participation au processus de dialogue dans le pays. De façon unanime donc, les membres de l’opposition lui ont exprimé leur solidarité. Le gouvernement guinéen a condamné les incidents et annoncé l’ouverture d’une enquête, afin de faire la lumière sur les heurts que dénonce le chef de l’opposition. La délégation de la CEDEAO qu’a conduite Léopold André Ouédraogo affirme que la rencontre, ce samedi 22 juin 2013, avec Dallein Diallo a pour but d’échanger sur le processus de transition dans le pays. Cette délégation de la CEDEAO s’est également entretenue avec la mouvance présidentielle, les membres de la société civile et les syndicats. Ainsi la délégation a demandé à tout un chacun de dépasser son égo afin que tous ensemble, le parachèvement de la transition puisse être atteint. Depuis la transition démocratique amorcée dans le pays en 2010 avec l’élection de Alpha Condé comme président, le pays ne dispose pas toujours d’une Assemblée nationale. Aussi, Depuis 2011, les élections législatives vont de report en report. L’opposition estime que les conditions ne sont pas réunies pour un scrutin transparent. Les trois causes de la discorde, qui sont vraisemblablement en voie de résolution, portaient sur : le choix de l’opérateur technique chargé de la révision du fichier électoral, le vote des Guinéens de l’étranger et le fonctionnement interne de la Commission électorale nationale indépendante. Pour la délégation de la Cedeao, le parachèvement de la transition démocratique en Guinée devra se faire par le biais d’élections "consensuelles, libres et crédibles".

Ramata Soré

  


Commenter l'article (125)