Santé de Blaise : La vérité par omission !

Publié le vendredi 31 mai 2013

En général, en ce qui concerne un sujet aussi intime que la santé, il ne faut pas chercher la vérité. Le mensonge est la règle. La vérité est dite seulement par omission. C’est possible que ce ne soit pas le cas pour ce qui concerne Blaise Compaoré. Peut-être dit-il vrai quand il affirme qu’il est en bonne santé. C’est tout le mal que nous lui souhaitons. Cependant, au regard de son aspect physique, le corps n’est-il pas le miroir de l’âme ? On voudrait bien qu’il ait dit la vérité. Fermons donc la parenthèse « santé » de Blaise sur cette note en espérant ne pas avoir à en parler de sitôt.
Dans ce sillage, il y a une chose qui pourrait être digne d’intérêt pour la réflexion et sûrement aussi pour le débat. Mais elle n’est pas scientifique. Elle est même de l’ordre de la métaphysique. Quel message véhicule la chute d’une chef ? Autrement, quand un chef tombe, s’affale, qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce un simple accident ?
Chez les moosé, la chute d’un chef signifie toujours la fin. Mais quelle fin ? Est-ce la mort physique ou la mort du règne ? Ce n’est pas toujours tranché. Mais en fonction de comment la chute est intervenue elle porte les signes pour la décrypter. Tous ceux qui ont regardé le malaise de Djibrill Bassolet en Turquie ont été saisis par l’ampleur de la chute. En fait, il n’a pas chuté. Il s’est écroulé, emportant avec lui tout le pupitre qui semble, à l’occasion, avoir été fait en carton. Or ce n’est pas vrai. La matière dans laquelle les pupitres sont faits est quand même relativement solide. Ce qui permet à l’orateur de s’y accouder parfois, quand c’est un maître de la parole. On a vu Bassolet debout et d’un coup s’écrouler dans une sorte de chaos sidérant. Son homologue qui a fait geste de le sauver pour avoir suivi ses difficultés n’a rien pu y faire. Personne n’a pu le sauver, parce que c’est allé trop vite. Toujours chez les moosé, nous sommes tous de toute façon maintenant des moosé, même l’éventualité de la chute du bonnet d’un chef est un problème, à fortiori, sa chute à lui-même. Les notables de Ouagadougou ont dû se faire des ulcères en regardant naaba Baongho faire le gardien de but, pendant les matchs de football. Un naaba ne se sépare jamais de son bonnet et il ne doit pas non plus se retrouver par terre. Jouer au ballon dans ces conditions est un exercice périlleux. Naaba Baongho attache son bonnet par une muselière. Mais un accident est vite arrivé. Alors quand il est sur le terrain toute la cour retient son souffle.
Autre élément de preuve que la chute d’un chef ou d’un haut responsable signifie toujours quelque chose. A Cuba, quelque mois avant qu’il ne soit contraint de passer la main, Fidel Castro, en voulant monter à la tribune a trébuché et s’est étalé de tout son long. Pourtant il était bien entouré, comme d’habitude, et aucun garde du corps n’a pu lui éviter la chute. Quelques mois après, il abdiquait au profit de son frère cadet. Il n’est pas mort Fidèle. Mais son pouvoir est fini. La chute veut donc dire que quelque chose est finie quelque part.
En ce qui concerne notre pays. Comment interpréter, la chute en mondovision de son ministre des Affaires étrangères. L’envoyé personnel et spécial du président du Faso.
Dans la mosquée ou je prie vendredi, le prêche de l’imam, inhabituel sur un sujet pareil, s’est beaucoup appesanti sur « la sauvegarde du Burkina ». En mooré « Burkina baane ». La paix au Burkina. Les cartésiens diront qu’il rien de nouveau. Sauf que ceux qui entendent les fibrations sont inquiets.
Notre pays est-il devant des turbulences ? Que peut-il nous arriver ? Une chute ou un écroulement ? Ceux qui pensent court, les moosés disent « tagks coïsé ramba », vont une fois de plus nous traiter de tous les noms d’oiseaux. Si seulement ils pouvaient avoir raison.
Exergue :
« Peut-être dit-il vrai quand il affirme qu’il est en bonne santé. C’est tout le mal que nous lui souhaitons. Cependant, au regard de son aspect physique, le corps n’est-il pas le miroir de l’âme ? On voudrait bien qu’il ait dit la vérité »


Commenter l'article (2)