ASFA-Y : Ciel orageux chez un champion

Publié le jeudi 4 avril 2013

A l’ASFA-Y, la symphonie n’est pas mélodieuse. Le champion en titre,

vainqueur de la manche aller de la Ligue africaine des champions (2-1) n’est pas toutefois au mieux de sa forme. En championnat, le tenant du titre ne présente pas, pour l’heure un visage rassurant. En trois journées, l’ASFA-Y ne cumule que 4 points, après un nul concédé face à l’AS-SONABEL, surtout une défaite contre le RCK, et une victoire face à l’AS-Maya. Il y a une circonstance atténuante. Le champion sortant est en phase de reconstruction. L’équipe s’est vidée de la quasi-totalité de tout son effectif. Mais à l’ASFA-Y, on ne donne pas le temps au temps. C’est le mal de tous les grands clubs. Les résultats sont attendus, «  toute de suite et maintenant  » comme le dirait l’autre. On comprend donc que l’orage gronde déjà. Nous sommes au 4 Août, soirée de défaite en championnat de l’équipe face au RCK. C’est un grand désordre. Sur le ban de touche, le coach, Cheick Omar Koné affiche l’image d’un boudeur. Il contemple sans visiblement mot dire, son équipe se faire battre. Lui qui a souvent de la peine à se tenir assis sur sa chaise quand son équipe joue n’a pas levé le moindre doigt. Pour les supporters, il avait une bonne raison. Il se serait comporté ainsi pour prendre à témoin ses supporters et l’opinion publique sportive sur une interférence à son travail. Tout est parti de la liste des joueurs du match. Le vice-président du club, Money a demandé à l’entraîneur d’aligner les joueurs qualifiés pour la Ligue des Champions et qui vont disputer le match retour en Algérie le week-end de Saint Pascal. En fait, le groupe qualifié pour la Ligue des champions et le groupe du championnat national n’est pas le même. 

Le club compte d’excellents joueurs, qui pour plusieurs raisons (arrivée tardive, disponibilité des documents) n’ont pas pu être qualifiés pour la compagne africaine. Ils allaient être de la partie, mais à la seule condition que l’ASFA-Y franchisse le cap du premier tour. En attendant, le club devait jouer avec ceux qui ont les papiers en règle. C’est fort de cela que le vice-président, Money a jugé utile que le coach n’ utilise que les joueurs qualifiés pour le match contre le RCK logé juste avant le départ pour le match retour de la Ligue des champions. Son intention est louable. Car il croyait ainsi permettre aux joueurs qui vont disputer le match retour d’avoir de la compétitivité. Le coach Cheick Omar Koné dont la liste initiale pour affronter le RCK n’a pas totalement tenu compte des préoccupations de la direction du club, lui, a crié à l’ingérence dans ses affaires. Ce qui n’est pas faut non plus. Le coach lui voulait les résultats à Ouagadougou. Pour se blanchir, il a donc pris ses supporters à témoins boudant le match bien qu’étant sur le ban de touche. La défaite du club va mettre la pression sur le dos du vice-président Money. Sa sortie du stade a été très mouvementée. Il essuiera les injures des ses supporters qui n’ont pas hésité à lui faire comprendre qu’il été à l’origine de leur défaite. Par contre le coach lui a été applaudi. L’ambiance n’est pas bonne. Le torchon brûle entre le coach et le vice-président, évidemment, la suspicion va s’installer. Le premier sera considéré comme celui qui instrumentalise les supporters contre ses employeurs. Les supporters vont en vouloir à leurs dirigeants de ne pas laisser libre main au technicien de faire le boulot pour lequel on l’a employé. Et voilà comment un club peut se fabriquer tout seul des problèmes


Commenter l'article (82)