FESPACO 2013 : le CNA met le cinéma à la portée de tous

Publié le jeudi 4 avril 2013

Le cinéma est aimé aussi bien en ville qu’en campagne. Cependant, la fracture « cinématographique » entre la ville et la campagne est très importante pour plusieurs raisons : le manque d’électricité, la non couverture de tout le territoire par la télévision nationale et la fracture numérique. Pour réduire cette fracture cinématographique, le Cinéma numérique ambulant (CNA) veut partir des salles avec les films, pour les apporter au village et à la périphérie des villes. Le CNA est un réseau international regroupant des associations d’acteurs intervenant dans le domaine du cinéma pour participer au développement de la culture en apportant l’image de l’autre au village. Le conseil d’administration du CNA Afrique a été ouvert cette année au FESPACO 2013.

Des réalisateurs ont marqué cette journée d’une pierre blanche. Le plus en vue parmi eux est Sylvestre Amoussou (Benin) réalisateur de« Africa paradis  » qui, prenant la parole, a exposé les difficultés que rencontre le cinéma et les réalisateurs dans leur ensemble. « Les films ne se financent pas de la même manière  », il est donc aisé de comprendre pourquoi certains réalisateurs ne donnent pas les droits de diffusions gratuitement aux structures de bienfaisance et celles modestes comme le CNA.

Quels rapports entre le CNA et le FESPACO ?« Le CNA participe au festival pour contribuer à son succès. La structure travaille pour que les africains retournent dans les salles de cinéma. Avec le FESPACO, tout se passe bien  », ont assuré les animateurs de ce point de presse. Pour cette année, le CNA a enregistré des entrées dans son conseil d’Administration. Quels en sont les critères ? Pour rentrer dans le conseil d’administration du CNA, la cooptation est de mise. Les personnes qui remplissent les critères sont celles qui se sont montrées disponibles pour la cause du cinéma et pour le réseau du CNA.

Du point de vue des difficultés que rencontre le réseau, c’est la disponibilité de certains films et les sollicitations de plus en plus croissantes des villages qui sont à prendre en compte pour l’élargissement de la base de l’offre cinéma du CNA.

D’autres projets sont initiés par le réseau dans le sens du renforcement des capacités des jeunes cinéastes.

Le CNA se défini comme étant un apport de cinéma aux populations des villages qui n’ont pas accès aux salles de ciné des villes. En même temps sa politique pourra permettre de montrer dans les périphéries des villes l’importance et la beauté du cinéma africain afin de les amener dans les salles de ciné, chose qui fortifie le cinéma africain. Le CNA est donc un accompagnement du FESPACO.

W. B


Commenter l'article (5)