Installation du conseil municipal de Léo : La force des symboles pour bâtir la maison commune

Publié le dimanche 24 mars 2013

Il s’appelle Dramane Batian Nignan. Signe particulier : audacieux. Le 2 mars dernier dans la cuvette du stade de Léo, l’homme a été installé dans son fauteuil d’édile de la ville par le Haut commissaire de la province de la Sissili. Dans son discours inaugural, il a dressé les défis qui l’attendent, lui et son conseil municipal et indiqué la voie pour faire de Léo, un véritable pôle de croissance au bénéfice de l’emploi des jeunes.

Samedi 2 mars, nous quittons Ouagadougou aux environs de 9h. On me signale que sur l’axe Ouaga-Léo, un départ de cyclistes vient d’être donné à Saponé. C’est une initiative du maire entrant qui entend démarrer son mandat sous le signe de la mobilisation de la jeunesse communale pour le développement. La porte d’entrée, c’est évidemment le sport mais aussi la culture. En quelques minutes, nous avalons la distance qui sépare Ouagadougou de Saponé. Les cyclistes sont déjà partis mais quelques minutes après, nous apercevons un cortège de véhicules et de motos. C’est le convoi qui suit les cyclistes. Nous les rejoignons très vite et tentons de les dépasser. Pas question pour nous de rouler à 50 km à l’heure jusqu’à Léo. Nous tentons un dépassement. Nous sommes bloqués à gauche puis à droite. Que faire ? Nous ne voulons pas renoncer pour autant. Nous sommes à l’affût du moindre passage. Nous réussissons à remonter petit à petit la colonne des autos et des motos, puis celle des cyclistes. Nous voilà parti. Ouf ! Après une très brève escale à Sapouy, nous reprenons la route pour ne pas prendre le risque de vivre la même mésaventure. A Léo, place Natou, le dispositif est en place pour l’accueil des cyclistes. Tous les officiels sont présents, ainsi que la population, sortie massivement pour voir Rasmané Ouédraogo et ses camarades conduits par le président de la fédération lui-même, M. Ouangrawa. Les voisins ghanéens étaient également là, représentés par les maires des communes voisines de Golou et Tumu, Tumu dont l’équipe de football venait de triompher de celle de Léo par le score de 2 à 0 dans le cadre des activités sportives commémoratives. A l’’animation, plusieurs troupes de danse dont les masques de Pouni sous la direction du grand frère Ido Babou Jean Pierre, venu spécialement pour la circonstance. Avec l’arrivée des cyclistes et la remise des prix, ce fut la fin de cette cérémonie de lever de rideau. Les populations étaient conviées à partir de 15 H à la manifestation mère, dans l’enceinte du stade de football pour l’installation du nouveau maire. Passons sur le décor et l’animation. Retenons seulement que ce fut une foule des grands jours. L’intérêt en cette soirée était porté sur ce que vont dire les maires sortant et entrant. Comme on le sait, les élections couplées ont profondément divisé les responsables locaux du CDP. Le vote du maire avait permis de constater cette fracture. 9 conseillers CDP avait voté pour le candidat de l’opposition. A la cérémonie d’installation, Mahamadi Napon, le chef de file des dissidents n’a pas fait le déplacement. Dans ce contexte, les discours des deux principales figures politiques de la commune étaient attendus. « La gestion d’une commune n’est pas chose aisée » avertit le maire sortant. De la part d’un maire ayant exercé trois mandats consécutifs, ce n’est pas une simple lapalissade : « vous aurez à faire preuve de qualités plus qu’humaines » poursuit-il. Des qualités humaines qu’il prend soin de préciser : tolérance, capacité d’écoute mais aussi rigueur. Message reçu 5/5 par le maire entrant qui a tenu à rendre un vibrant hommage à son prédécesseur : « Aux commandes de notre chère commune, tu as été durant de longues années, un bâtisseur hors pair. En dépit des difficultés inhérentes au développement local, malgré les multiples entraves et les innombrables obstacles qui ont pu être dressés contre ton action… tu me lègues une ville avec un bilan et des acquits qu’on peut voir et apprécier. » C’est en effet en 1995 que le maire sortant a pris les rênes de la commune avec un budget prévisionnel de 8. 400 000 de Francs. Il est aujourd’hui de 379 335 130 FCFA. Le montant global des investissements réalisés par l’équipe sortante s’élève à 4 060 578 560FCFA. C’est donc non sans une certaine fierté que M. Diakité s’en va, tout en se disant disposé à apporter son concours si nécessaire. Le concours de l’ancien édile ainsi que celui de l’ensemble de la famille des conseillers, Dramane Nignan dit en avoir besoin pour colmater ces « fissures béantes et dangereuses » pour l’unité et l’avenir de la commune. En particulier, « cette espèce de sectarisme à facettes multiples qui ruine la cohésion sociale, sape les bases du développement et à bien des égards compromet dangereusement son essor. » Chaque fils et chaque fille de Léo doit désormais positiver en plaçant le développement de la commune au dessus de toute considération partisane. Les services sociaux de base, l’économie, la jeunesse, la sécurité, la culture l’environnement et le tourisme seront les domaines prioritaires de l’action du nouveau conseil municipal. Ces chantiers de développement devront être la plate-forme autour de laquelle se dessinera l’union sacrée des fils de Léo. Symbole de ce nouveau départ, un feu d’artifice géant offert à la population à partir de 20 H dans la cuvette du stade. Du jamais vu à Léo. En soirée, un grand bal a été organisé dans le mythique centre culturel et pour les amateurs des descentes en boîte, L’hôtel Sissilis avait ouvert sa salle noire et déployé sa sono high tech.

GBN


Mairie de Sapouy
Le
CDP rafle la mise

Ça y est, le CDP a pris les commandes de la mairie
de Sapouy. Celle-ci depuis sa création était en effet aux mains de l’UPR, un
parti de la mouvance présidentielle. Aux premières élections communales en 2000,
bien que majoritaire en terme d’élus, le CDP avait perdu la mairie par la faute
de deux de ses élus qui avaient fait le choix de voter pour l’ULD alors parti
d’opposition. En 2006, l’ULD (devenue par la suite UPR) l’avait emporté,
reconduisant les mêmes acteurs à la tête de la mairie. Le CDP avait alors
dénoncé des fraudes massives grâce au phénomène de votes de " mercenaires "
transportés par cars de Ouagadougou. Bis repetita aux élections couplées, mais
cette fois les militants CDP s’étaient massivement mobilisés et avaient empêché
l’inscription frauduleuse d’éléments extérieurs à la commune. Ceci explique t-il
cela ? On peut le penser, au regard des résultats obtenus par le CDP, 62 sièges
contre 43. C’est donc un Nama (Baoui) qui passera le flambeau à un autre Nama
(Dominique). Deux frères d’une même (grande) famille qui se sont livré jusqu’au
bout un combat sans merci. Le principe de solidarité entre partis de la mouvance
n’y a rien pu faire. Au tuuk guilli de l’équipe sortante succède donc celui du
CDP qui aura raflé ce samedi 9 mars dernier les 9 postes à pourvoir au sein du
bureau du conseil (cf liste du bureau). Mais le vrai challenge est à venir. Il y
a en effet beaucoup à faire. Et plus que les querelles de clocher c’est au pied
du mur que l’on attend le maçon. Et le temps presse, au regard des attentes qui
sont fortes.
Composition du bureau
Maire : NAMA Dominique Savio
1er
adjoint : KABORE Malik
2ème adjoint : BAGNAN Emmanuel dit Lapara
Président
de la Commission Affaires générales : TAGNAN Boulou
Président de la
commission Affaires économiques et financières : SAWADOGO Rasmané
Président
de la commission Environnement et développement local : NACRO Baoui
Président
de la commission Aménagement du territoire : NAMA Bonaventure
Gabriel


Commenter l'article (4)