Imposition des candidatures : Le centralisme démocratique du CDP n’a pas bien fonctionné

Publié le dimanche 24 mars 2013

Tous les candidats officiels du CDP n’ont pas pu passer. Certains militants sont allés contre la volonté du parti et ont fait leur propre choix. Anatole s’est fait élire à l’arrondissement 4. Certains adjoints au maire proposés par le parti, surtout les femmes ont été rejetés.

A la maison des jeunes et de la culture de Ouagadougou où ont eu lieu les élections, la première grande surprise est venue de l’arrondissement 4 le 6mars. Anatole Bonkoungou s’est présenté contre le candidat officiel du parti et a été élu. Le tout nouveau maire de l’arrondissement 4, vient d’être suspendu par son parti pour indiscipline. Le CDP n’a pas toléré sa décision de se porter candidat. Face au refus du parti de le proposer comme candidat, il avait été suffisamment clair. Il sera candidat au poste de maire. Ex. 1er adjoint de Zakaria Sawadogo, Anatole s’est présenté contre lui en 2006 sans l’avis du parti. Modeste Compaoré a été choisi candidat du parti cette fois ci. Le 6 mars, Anatole Bonkoungou a été élu comme maire par les conseillers. Il a battu le candidat du parti Modeste Compaoré moins connu que lui. Zakaria Sawadogo ne s’est pas présenté. A la question : qui veut être candidat ? Evidemment Modeste Compaoré a levé sa main. Anatole a attendu quelques instants et a fini par lever sa main aussi comme en 2006. Cette année, il avait plus de chance. C’est lui qui a proposé la plupart des candidats au poste de conseillers dans l’arrondissement 4. Il est le coordonnateur de la FEDAP/BC de l’arrondissement. La première liste qui a été proposée par Zakaria Sawadogo a été écartée. Anatole Bonkoungou a aussi bénéficié du soutien des voix de l’opposition. Il a obtenu 11/20. Le CDP a 14 conseillers dans l’arrondissement. Les conseillers de Le Faso Autrement (1) et de l’UPC (3) l’ont préféré au candidat officiel du CDP. Il était aussi secrétaire à l’organisation et à l’administration de la sous-section de son arrondissement. Les partisans de Anatole qui s’étaient massés dans la cour de la maison des jeunes ont accompagné leur champion qui a encore pris le risque de ne pas respecter les consignes du parti et qui a réussi à battre le candidat officiel. C’est sous les huées des partisans de Anatole Bonkoungou que Zakaria Sawadogo, bien que ne s’étant pas présenté a quitté les lieux. La sanction ne l’empêche pas d’occuper le poste de maire

L’arrondissement 3

Dans l’arrondissement 3, c’est encore Pascal Tiga Ouédraogo que le parti a proposé. La tendance FEDAP/BC qui tentait depuis les élections du 2 décembre de mettre un des leurs n’a pas pu s’imposer. La plupart des conseillers avant même que Pascal ne se prononce ont clairement indiqué qu’ils soutiendront sa candidature. Le parti n’avait pas beaucoup de choix dans cet arrondissement. Pascal Tiga Ouédraogo est l’un des rares maires rescapés. Il sera le doyen des maires d’arrondissements de Ouaga. Proche de Simon Compaoré, et technicien en topographie, son arrondissement a connu moins de difficultés que les autres dans les affaires de lotissements. Le 6 mars, il était seul candidat du CDP face à celui de l’UPC. Sur les 28 voix que compte le conseil, il a obtenu 20 contre 8 pour le candidat de l’UPC. Il a bénéficié du soutien des candidats de l’UNIR/PS. Pour le poste de 1er adjoint Hamidou Ouédarogo, jusque là 2e adjoint au maire de Boulmiougou qui avait le soutien de la majorité des conseillers s’est lancé dans la bataille contre Madame Gongo candidate au parti.

Le CDP bat l’UPC au 5

L’autre surprise est venue de l’arrondissement 5. Les rumeurs sur une probable défection d’un des conseillers de l’UPC se sont confirmées.Malgré ses 10 conseillers contre 9 pour le CDP, l’UPC a perdu la mairie. Au sortir de la rencontre avec les ténors du CDP, le 5 mars vers 21h, on apprend que le CDP même minoritaire a proposé des candidats pour occuper les différents postes de responsabilité. Henri Sandaogo, le maire sortant, considéré comme le principal responsable de l’échec du parti a certes été écarté mais les conseillers qui sont sortis de la rencontre affichaient déjà leur sérénité. Ils étaient déjà sûrs de remporter l’élection. Au niveau de l’UPC, on a tenté de faire démissionner Abisso Ouédraogo en vain. La défection le jour de l’élection n’a pas surpris ses camarades. ll a même eu le courage de leur dire après le vote qu’il a porté sa voix sur le candidat du CDP. Dans les autres arrondissements, il n y a pas eu trop de bruit pour le choix du maire. Même dans l’arrondissement 9 où notre confrère Yacouba Barry croyait à ses chances face à Constant Kaboré, nouveau maire, ses partisans se sont résignés. Dans le choix des adjoints certains arrondissements ont choisi d’aller contre la volonté du parti. C’est le cas pour l’arrondissement 6.

Moussa Zongo

Mairies d’arrondissements
Voici comment le CDP a choisi ses candidats

Anatole Bonkoungou, élu à
l’arrondissement 4 contre son
propre parti a été suspendu

Le CDP a
reçu les conseillers municipaux de Ouaga les 5 et 6 mars pour donner les noms
des candidats du parti pour les mairies d’arrondissements. Ces rencontres
laissaient présager déjà de possibles rejets de certains candidats le jour du
vote
Le CDP a rencontré les conseillers de chaque arrondissement les 5 et 6
mars pour donner les consignes. Les arrondissements 1 à 7 ont été reçus le 5 à
partir de 16h jusqu’à 22H et les autres le 6 pendant que les élections des
arrondissements reçus la veille étaient à la maison des jeunes pour les
élections des organes des conseils municipaux. C’est au siège du parti que
François Compaoré, directeur provincial de campagne et membre du secrétariat
exécutif national du parti, Assimi Koanda, Arthur Kafando tête de liste du parti
pour les législatives au Kadiogo et Marin Ilboudo probable candidat pour la
mairie centrale ont reçu les différents conseillers des arrondissements. Ils ont
été rencontrés tour à tour. Avant cette date de désignation des candidats du
parti, le CDP a remis des fiches à remplir aux conseillers municipaux. Sur ces
fiches, chacun devait faire connaître ses intentions et le poste qu’il aimerait
éventuellement occuper au sein du conseil municipal. Une méthode qui a permis au
CDP de connaître à l’avance les différents prétendants. Pour éviter les
surprises comme ce fut le cas dans certaines localités où le CDP même
majoritaire a été battu par des partis concurrents, le parti a d’abord tenté le
consensus.Le CDP a choisi ses 12 candidats qui devaient être à la tête des
mairies de Ouagadougou. Le choix des adjoints a tout de même posé problème dans
certains arrondissements. C’est le cas pour l’arrondissement 3 où le choix du
parti pour le poste de 1er adjoint portait sur Mme Gongo. Les conseillers ont
contesté ce choix devant les responsables du parti. Dans l’arrondissement 6, Mme 
Yaméogo et Mme Compaoré qui ont été choisies pour occuper respectivement les
postes de 1er e 2e adjoints au maire n’ont pas eu la confiance de leurs
camarades le jour du vote. Dans l’arrondissement 4, Zakaria Sawadogo et Anatole
Bonkoungou n’ont pas pu s’entendre. Le parti a donc décidé de proposer la
candidature de Modeste Compaoré. Un choix accepté par le maire sortant mais
rejeté par Anatole Bonkoungou et ses partisans. Malgré l’absence de consensus
sur certaines candidatures, les responsables n’ont pas organisé de primaires
pour départager les candidats comme ils avaient l’habitude de le faire. Malgré
sa minorité dans l’arrondissement, le CDP qui s’est bien préparé a choisi aussi
une équipe pour diriger la mairie.
Moussa
Zongo


Les perdants ne sont pas contents du
parti

Au moment où nous bouclons ce journal, des militants du CDP
partisans de Mme Gongo, désignée comme candidate pour occuper le poste de 1ere
adjointe au maire de l’arrondissement 3 se sont mobilisés ce 9 mars pour se
rendre au siège du parti. Ils exigent que Hamidou Ouédraogo, élu par les
conseillers contre Mme Gongo soit déchu de son titre et que de nouvelles
élections soient organisées pour que leur candidate occupe le poste comme le
veut le parti. Ces partisans qui se sont organisés derrière Salam Ganemtaoré ne
comprennent pas pourquoi Hamidou s’est présenté contre la candidate du parti.
Salam Ganemtaoré et Hamidou qui sont tous du CDP et dans le même secteur
traînent depuis des années des rivalités politiques. Salam Ganemtaoré s’est
battu pour que Mme Gongo passe comme 1ere adjointe. Ce n’est pas uniquement dans
cet arrondissement que certains clans refusent la défaite. Dans l’arrondissement
6, ce sont les partisans de Mme Compaoré candidate officielle du CDP qui sont
furieux. Elle a été battue le jour de l’élection par un autre candidat du parti
qui s’est présenté contre l’avis du parti. La candidate officielle qui devait
occuper le poste de 1ere adjointe, a été littéralement battue. Elle n’a eu que
sa propre voix. La plupart des femmes que le parti a voulu placer pour respecter
sans doute le genre ont été battues par des candidats qui refusaient
l’imposition.
M
Z


Commenter l'article (1588)