Littérature : Deux Burkinabè sur les traces d’Ahmadou Kourouma

Publié le dimanche 17 février 2013

Jean Ouédraogo et Saïdou Alcény Barry signent dans le livre d’or de la littérature burkinabè. Ils ont dédicacé leur ouvrage collectif, à l’Espace culturel Gambidi, le 19 janvier dernier.

 

« Ahmadou Kourouma : les soleils des indépendances ». C’est l’ouvrage collectif du Pr Jean Ouédraogo et de Saïdou Alcény Barry. Ouvrage à la fois critique et pédagogique, écrit dans un style plaisant et vivant, il est destiné aux élèves et étudiants en lettres, ainsi qu’aux enseignants. Il est structuré en quatre chapitres. Le premier retrace l’itinéraire de l’écrivain. Enchantement contre désenchantement ! Kourouma qui, pour certains, tord le cou à la langue française et se répète au fil de ses œuvres est présenté ici comme l’architecte d’une littérature originale. Le second chapitre résume l’œuvre et étudie sa structure. Le troisième étudie le rapport de l’Africain à l’espace et au temps et ouvre une fenêtre sur les personnages. Le quatrième mène à la source de la culture et de l’imaginaire malinké. Jean Ouédraogo et Saïdou Alcény Barry ne sont pas des amateurs de la littérature. Tous hommes de lettres, le premier est Pr titulaire et chef du département des langues et littérature étrangères à l’Université de Plattsburg à New York. Spécialiste d’Ahmadou Kourouma, il a, à son actif, plusieurs publications portant sur ce dernier. Saïdou Alcény Barry est inspecteur de français dans l’enseignement secondaire. Il est par ailleurs critique de presse à la plume raffinée. Le cinéma, le théâtre et les arts plastiques sont ses domaines de prédilection. C’est dire donc que la richesse de cette œuvre ne souffre pas de doutes.

Jean Ouédraogo et Alcény Barry, pour reprendre les propos du Dr Honoré Mandé, « ont été guidés par le souci de la vérité historique, du détail et de la précision ». Ils rendent « Les Soleils des indépendances », roman jugé complexe, plus accessible aux lecteurs de tout horizon, passionnés des lettres et surtout désireux de mieux connaître et comprendre Ahmadou Kourouma.

 

Gaston SAWADOGO (Stagiaire)


Commenter l'article (3)