Lucarne citoyenne de l’Evé 246

Publié le dimanche 30 décembre 2012

Téléphonie mobile : Affaire fraudes à
l’exo
Le PV de la douane a-t-il été dealé ?

De nombreux dossiers en instance étaient tombés dans l’oubli, campagne
électorale oblige. Parmi ces dossiers, il y a celui concernant cet opérateur de
téléphonie mobile qui avait profité indument d’exonérations, alors même que
l’autorisation qui les lui accordait était périmée. Rappelons que les droits
éludés se chiffraient à 2 milliards 300. LAT aurait reçu le PV des gabelous
courant octobre. Il avait dit à l’occasion qu’il n’y aurait pas d’impunité. Mais
nous nous acheminons vers la fin de l’année civile sans que ce dossier n’ait été
tranché. C’était pourtant un défi pour la nouvelle direction qui avait là
l’occasion de prouver que les choses ont changé. Ce manque de diligence est
objet d’inquiétude d’autant qu’au sein de la nouvelle direction, de lourdes
présomptions de corruption pèsent sur certains membres importants qui pourraient
influencer négativement sur le dossier. LAT étant devenu lui-même politicien,
d’aucuns pensent qu’il pourrait être tenté de prêter une oreille attentive à la
confrérie. Dans ce cas, il faudrait dès lors tirer un trait sur ce dossier et
sur bien d’autres. Qui a dit que les promesses n’engagent que ceux qui y croient
 ? C’est bien dommage.


Traque lancée contre
le sergent Naon

Vérité ou canular ? Difficile de le savoir avec certitude. Nous avons été
contacté par une source apparemment sûre de son fait que le sergent Naon est
l’objet d’une traque commanditée par les mêmes qui ne lui ont jamais voulu du
bien. En effet depuis que le sergent s’est confié à l’Evénement, l’on se
demandait quelle allait être la posture de ceux qu’il avait mis en cause. Selon
notre source, un commando de six membres serait parti dans l’objectif de le
cueillir de sa cache ghanéenne. La mission de ce commando est-elle la même que
celle qui était allée chercher l’adjudant Yacinthe Kafando sur les bords de la
lagune Ebrié ? On sait que ce dernier avait été placé en lieu sûr pendant des
années et qu’il en était ressorti pour regagner triomphalement le pays. Il est
douteux que Naon puisse bénéficier des mêmes conditions au regard du traitement
qui a été le sien à la MACO puis à la MACA. Naon a refusé les appels du pied à
la repentance venant de ses anciens frères d’armes, ce qui lui a valu de purger
l’intégralité de sa peine. Dans l’interview qu’il nous avait accordée, l’ancien
sergent avait parlé d’un commando de trois membres venu à ses trousses. Il avait
aussi désigné par avance les responsables s’il lui arrivait malheur. Blaise
Compaoré a intérêt à ouvrir l’œil et le bon pour ne pas avoir a endosser
d’autres crimes que des aventuriers viendraient à commettre en son nom.


Arrondissement 5 : Les dessous
de l’affaire du
conseiller UPC

Le marché aux conseillers est ouvert depuis que la CENI a proclamé les
résultats provisoires. A l’arrondissement 5 de Ouagadougou, l’affaire prend une
tournure épique. Devancé par l’UPC d’une courte tête, des acteurs de l’ombre
auraient entrepris de démarcher le conseiller UPC afin qu’il vote CDP le moment
venu. Trahir son parti dans ces conditions est un risque trop grand que ce
conseiller ne peut prendre s’il n’y avait pas une forte motivation. Il risque en
effet de se retrouver face à une population remontée qui n’accepte pas que sa
victoire soit usurpée de cette manière. L’arrondissement N°5 est en effet celui
où réside le président de l’UPC, Zephirin Diabré. Assimi Koanda, le patron du
CDP considère lui aussi que c’est son zamboko, son terroir ou son origine si
vous préférez, dans la mesure où ses parents y résident. C’est donc un
arrondissement à haute valeur symbolique, d’où de part et d’autre, la vigueur
des efforts pour se l’approprier. Mais le problème est en passe de devenir une
endémie nationale. En effet, nombre de communes du Burkina sont aujourd’hui des
marchés ouverts où les offres d’achats ne sont rien moins qu’une foire aux
enchères. Evidemment, on n’est pas pressé de légiférer sur la question. Ç’est
une aubaine qui ouvre un deuxième tour électoral permettant de repêcher des
recalés fortunés. Si on ne met pas vite fin à cette pratique avilissante où la
corruption est institutionnalisée, il y a des risques que le malheureux exemple
de Pobè Mengao fasse école !


Commenter l'article (0)