Crise à l’UK : L’annonce de l’échec de Tiao

Publié le vendredi 2 novembre 2012

Luc Adolphe Tiao avait promis de passer à l’Université de Ouagadougou même si les étudiants vont lui couper la tête. Des propos qu’il a tenu lors de la conférence de presse le 24 avril 2012 marquant son 1er anniversaire à la tête du gouvernement. Bien avant cela, il avait été annoncé maintes fois qu’il y passerait mais que dalle. A la place de sa propre personne, il a mandaté son ministre de l’enseignement supérieur, Moussa Ouattara, le 22 mai 2012. Une visite qui a été marquée par une série de rencontres avec les différentes composantes du monde universitaire dans le but de trouver des solutions aux maux qui minent le campus de Zogona. Il faut dire que les étudiants n’attendaient rien de concret du missionnaire du jour. En témoignent ces propos de Mamadou Fayama, président de l’Union générale des étudiants burkinabè : « Nous n’attendons rien de concret, c’était une rencontre de plus car il n’y a pas eu d’engagements » Lors de cette visite, Moussa Ouattara a annoncé une kyrielle de promesses dont la construction de sept (7) pavillons de 2 500 places par le gouvernement à hauteur de huit (8) milliards de francs CFA. Les universités de Ouagadougou et de Ouaga II devaient bénéficier chacune de deux (2) pavillons, l’Université polytechnique de Bobo en bénéficiera elle aussi deux (2) et l’Université de Koudougou un (1). Sept (7) mois après, rien de tout cela ne pointe à l’horizon et les difficultés se posent toujours avec acuité dans les universités publiques du Burkina. L’Université de Koudougou a finit par succomber sous le poids de ces arias. Nul doute que Tiao doit rendre sa démission avant ou après les élections. Et s’il part dans ces conditions, on le dira, il a échoué en ce qui concerne l’enseignement supérieur. Surtout qu’il avait promis à la conférence de presse du 24 avril dernier un retour à une année normale dans un intervalle de deux (2) ans à l’Université de Ouagadougou.

 

Basidou KINDA


Commenter l'article (2)