Sémi-marathon Altitude Nahouri : Gagner 1000 dollars et vomir ses tripes !

Publié le mardi 23 octobre 2012

A l’annonce de la participation kényane, à travers Robert Kirkui, Altitude Nahouri 2012 connaissait déjà son vainqueur. Le Kényan n’a pas fait mentir les prévisions. On a couru pour désigner le 2e et la suite. Sur les 21km à boucler au sommet du Pic Nahouri, au terme d’une ascension de 447m, le Kényan Kirkui a couru tout seul devant. Très vite, le futur vainqueur de la course allait nous rattraper à quelques mètres du sommet du Pic. Pourtant, nous avions entamé la montée alors que lui n’avait pas encore fait la moitié du parcours plat, exactement au km 10 ! A son passage à notre niveau, nous l’accostons, lui suggérant de prendre une pause le temps d’une interview avant de boucler sa boucle. Il choisit d’ironiser pour nous toucher. « Ok pour l’interview. Mais vous vous patienter ici le temps que j’aille là-haut décrocher le drapeau du vainqueur et que je revienne. Après, je pourrai repartir tranquille attendre les autres » nous a-t-il balancé ! Nous avions compris. Pour lui, nous n’avons pas les moyens de visiter le sommet du Pic. Pour lui démontrer le contraire, nous sommes arrivés au sommet, à genou ! Mais même lui à payé cher son exploit. Une fois redescendu du Pic, le champion s’est mis à rendre ce qu’il n’a pas mangé. Un Kényan a vomi après avoir couru, il faut le Pic pour voir ça ! Mais il sied tout de même de savoir que Robert Krikui n’a pas battu à plate couture les autres concurrents. Entre lui et le 2e, le Burkinabè de la diaspora ivoirienne, Salfi Guébré, il n’y a que 3 petites minutes. Mais pour Guébré, cet écart est une éternité. « Krikui, je le connais. A chaque fois qu’on se rencontre, il me barre la route de la gloire » a dit le vice-vainqueur. Cette édition, le Régiment de la sécurité présidentielle (RSP) se devait de prendre sa revanche. On se souvient que l’année passée, deux soldats venus du Niger voisin avaient fait main basse sur les deux premières places de la Montée et de la course simple. Pour nos militaires qui « dorment avec le Pic » le verdict a retenti comme une contre-performance qui a fait faire grise mine. La hiérarchie n’a pas apprécié. Cette année, les deux épreuves ayant été combinées pour ne donner place qu’à une seule course, le RSP est venu aves de nouvelles ambitions. C’est au terme d’une préparation de deux semaines que les éléments du RSP ont pris le départ. Le régiment n’a pas gagné la course. Mais il n’a pas à rougir car il a été battu par un pro (le Kényan a gravi le Pic Nahouri en 12 minutes alors que la meilleure performance du RSP en la matière est de 15 mn). En plus, les soldats nigériens ont été laminés. La première fille de la course est issue des rangs du RSP. La soldate de 2e classe Mamou Banworo est arrivée 42e soit plus de 30 après l’arrivée du vainqueur. Mais c’est déjà un exploit ! Altitude Nahouri en faisant l’effort sur les prix (1000 dollars pour le premier et une moto pour le 1er Burkinabè) prend une place dans le calendrier international de l’athlétisme. Mais cette édition de l’ouverture avec la participation kényane, béninoise, nigérienne, ivoirienne a définitivement lancé la course. Désormais les choses vont aller plus haut et plus vite !

Par J J Traoré

 


Commenter l'article (47)