Encore des ennuis pour Saran

Publié le lundi 15 octobre 2012

Alors qu’elle a déposé sa démission du parti, elle avait aussi dit qu’elle en tirerait toutes les conséquences. Peut-être à quelques jours de la fin de la législature, les « machos » du CDP n’ont pas voulu pousser l’inélégance jusqu’à lui demander de rendre le tablier.

L’honorable a continué donc à assurer ses charges de députée, surtout qu’elle a su se faire une place de choix au parlement de la CEDEAO. A ce titre, elle a même été invitée au cocus du parti démocrate de Obama. C’est à l’occasion de son dernier séjour à Abuja, qu’une histoire cocasse, lui arrive. Son téléphone sonne, elle reconnait le numéro de son mari. Quand elle décroche, elle entend des bruits et des vociférations. Elle informe immédiatement des proches à Ouaga qui se rendent chez elle. Son mari était encore dans les bras de Morphée. Quand il se réveille, c’est pour constater que des intrus sont rentrés par le toit, en enlevant les tôles et le plafond et sont repartis avec son portable. Lui dormait. La première des choses qu’ils ont fait c’est d’appeler sa députée d’épouse.

 NAB

 

Le marabout de Blaise est mort

Le grand marabout de Blaise Compaoré, le marabout de Nouna a été rappelé à
Dieu. C’est lui qui avait promis que rien n’arriverait au pouvoir de Blaise
Compaoré de son vivant. Maintenant qu’il est mort est-ce une prémonition pour le
protégé ?

La nouvelle est tombée et la famille du vieux marabout, n’est pas très
communiquant. Même si notre confrère du Le pays a eu la chance d’être reçu. Le
vieux patriarche serait mort très âgé. Ses proches lui donnent près de 120 ans
au moment de son décès. Une autre polémique, la date exacte du décès du vieux.
Un brin agacé, ces ayant droits réfutent, les allégations selon lesquelles, le
vieux est mort depuis longtemps, mais c’est maintenant qu’on l’annonce. C’est en
tout cas une personnalité qui a été rappelé à Dieu. Marabout, renommé, El Hadji
Aboubacar Ouédraogo est aussi une légende. Ses maoulouds étaient couru « par la
terre entière » raconte ses proches. Installé dans la région de Nouna, en 1960,
l’année de l’indépendance de notre pays, il avait contribué à donner à sa Ville
d’accueil, un prestige certain. Pour aller de son chez lui à son champ, distant
de 20 kilomètres de sa maison, ses disciples avaient dit-on l’habitude de lui
faire une haie d’honneur sur le long de la route en se tenant les mains. Le
propre d’une légende n’est-il pas d’exagérée ?

Ce qui est par contre moins contestable, c’est qu’il aurait eu dans ses « 
écuries » des ouailles de haute stature. L’une d’elle le président Blaise
Compaoré, qu’il aurait pris sous son aile, lui garantissant l’invulnérabilité,
tant qu’il serait en vie. Selon les informations officielles c’est le 26
septembre dernier, que le vieillard a été rappelé à Dieu. La famille est donc
toujours en deuil. Aucune source ne dit pour l’instant avoir perçu, Blaise
Compaoré dans les parages. On peut cependant imaginer, la souffrance intérieure
de Blaise Compaoré. C’est un grand protecteur qui s’en va ainsi.

Le protégé donne t-il du crédit à la parole du protecteur ? Toujours est-il
que, peut-être simple coïncidence, c’est quelques jours après sa disparition que
François Compaoré fait annoncer depuis Washington son intention de briquer la
présidence du Faso en 2015. Comme son frère aîné, il fait ses annonces à
l’extérieur du pays. Le sort en est peut-être jeté. Les choses s’éclaircissent
de plus en plus. On peut-être à présent sûr d’une chose, la succession de Blaise
Compaoré est ouverte. C’est François, son frère cadet, qui l’annonce.

NAB


Le Burkina dans les affaires de la Côte
d’Ivoire

Un rapport d’experts onusiens sur la Côte d’Ivoire fait du bruit
actuellement. Selon une copie, dont a pu se procurer notre confrère RFI, les pro
Gabgbo sont entrés en connexion avec la junte malienne pour déstabiliser le
régime de Ouattara. Les tractations avec la junte ont été faites en présence du
capitaine Sanogo. Le déclenchement des hostilités, en Côte d’Ivoire a eu un
premier résultat important pour la junte et le front anti cedeao au Mali,
Alassane Ouattara a annoncé qu’il ne participera pas avec des troupes, dans la
force en attente de la cedeao prépositionnée pour intervenir au Mali. Dans la
même veine, les partisans de Gbagbo auraient pris langue, avec les responsables
de Ançar Dine, à la frontière, Mauritanie-Sénégal, pour préparer la
déstabilisation totale de la sous région. Il y aurait donc deux objectifs clairs
dans la démarche. Renverser Ouattara et s’emparer du pouvoir. Puis créer
l’instabilité dans la sous région, pour que chacun s’occupe de ses problèmes et
oublie les ivoiriens. Celui qui est ainsi visé, mais pas nommé, c’est bien le
président burkinabè Blaise Compaoré. Les partisans de Gbagbo rêvent de lui
rendre la monnaie de sa pièce.


Le Burkina dans une autre affaire
d’arme

Dans le même rapport, les experts onusiens pointent le Burkina dans la
violation de l’embargo imposé à la Côte d’Ivoire. Le régime de Ouattara aurait,
disent les experts, contourné cet embargo avec la complicité du Burkina Faso.
Ouagadougou aurait acheté des armes, comme destinataire final, et les aurait
rétrocédé à Ouattara. Les experts ne semblent pas s’être attardés sur la
question, sauf que c’est un nouveau passif contre le régime de Blaise Compaoré.
Quoiqu’on dise, être régulièrement ainsi indexé, sur des questions aussi graves
ne laisseront jamais indemne. Qui va payer ce passif ? Les burkinabè n’en disent
rien, mais n’en pensent pas moins .

NAB

 


Commenter l'article (137)