Les Lions font le diagnostic de leurs clubs

Publié le dimanche 30 septembre 2012

La zone 133 de la région 13 du district 403/A1 de Lions club a tenu son premier Comité consultatif du gouverneur de zone (CCGZ) le samedi 22 septembre 2012 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était d’échanger autour du thème « redynamisation de nos clubs : comment réussir nos activités », de relever les difficultés afin de renforcer leur fonctionnement.

Se réunissant au minimum trois fois par an, le CCGZ est l’occasion de promouvoir une plus grande unité entre les clubs de la zone. C’est un moment d’écoute et de suggestions faites au président de zone par les clubs qui sont sous sa responsabilité. De ce point de vu le CCGZ est d’abord un cadre d’échanges d’idées sur le fonctionnement et la gestion des clubs, de projets, d’activités, etc. Ensuite, c’est l’occasion pour le Président de zone (PZ) de prodiguer des conseils aux clubs et d’écouter leurs suggestions. C’est donc un cadre de formation et de renforcement des capacités des membres de l’association. La zone 133 est l’une des 4 zones de la région 13. Elle est composée de 7 Lions clubs et 4 Léo clubs de Ouagadougou et Koudougou qui ont tous pris part au CCGZ. Au terme d’une demi-journée de travail, le Comité consultatif a permis aux différents clubs de présenter leurs rapports d’activités du premier trimestre lion (juillet-août-septembre). Hommes et femmes qui se consacrent au service des nécessiteux, dans leur communauté et partout dans le monde, selon l’animateur du thème, les participants à ce premier CCGZ ont diagnostiqué les difficultés de mobilisation de leurs membres. Le formateur a d’abord campé les travaux avec la définition des deux notions de l’amitié et de solidarité, valeur dit-on, cardinale du lionisme. Des problèmes des clubs lions du Burkina, le formateur a évoqué la non assimilation des notions de base du lionisme par certains membres. Aussi, a-t-il relevé la faiblesse du taux d’assiduité, de ponctualité et de recouvrement des cotisations. Le dernier point sur lequel le formateur, Mohamed Comparé a insisté est la faiblesse des œuvres sociales et le manque de visibilité sur celles-ci.

Toujours selon le formateur, en dehors du service humanitaire, les Lions nouent des liens d’amitié et cultivent les qualités de chef de file. C’est en cela qu’il a invité les officiels de l’association et les membres à plus d’abnégation dans leur vie associative. On peut dire que pour ce premier conseil consultatif, les lions ont mis le doigt sur leurs problèmes

WB

 


Commenter l'article (0)