Traitement des dossiers de pension de retraite : Le délai est désormais d’un jour !

Publié le lundi 17 septembre 2012

Véritable épreuve du combattant pour le fonctionnaire, le traitement du dossier de départ à la retraite constituait un des talons d’Achille de notre administration. Les choses sont en train de changer depuis que l’on a décidé qu’il y aurait désormais continuité entre le dernier salaire du fonctionnaire et sa première pension de retraite. Avec le lancement le 27 août dernier du « Bureau Total », les dossiers de pension se traitent désormais en un jour. Une véritable révolution dans notre administration paperassière

Voilà bientôt trois ans que l’on constate la mise en œuvre progressive de la directive sur l’accélération du traitement des dossiers de départ à la retraite. Des directions des ressources humaines des départements ministériels aux services du ministère des Finances, toute la chaîne de travail est mise en branle afin que le fonctionnaire puisse entrer en possession des différentes pièces entrant dans la composition du dossier. Une année avant, chaque département ministériel publie la liste des fonctionnaires autorisés à faire valoir leur droit à la retraite. Le ministère de la Fonction Publique est la pièce maitresse dans le dispositif de traitement administratif des dossiers. Une fois la décision de départ à la retraite prise, le fonctionnaire doit encore se tourner vers le ministère des Finances pour la liquidation de ses droits. C’est toute cette chaîne qu’il s’agit d’initier à l’esprit de la directive afin que le fonctionnaire devenu désormais un retraité puisse se présenter sans retard à la CARFO. Malgré quelques avatars au début, les différents maillons de cette chaîne semblent avoir pris le pli. Mais les choses ne s’arrêtent pas là. La liquidation du droit à pension est l’autre versant des difficultés jadis rencontrées par le nouveau pensionné. Entre le dépôt du dossier de pension à la CARFO et le paiement du premier arrérage, c’était la croix et la bannière. Le temps de traitement pouvait aller de trois à six mois. Le jeune retraité devait donc prendre son mal en patience tout en comptant sur la bonne volonté des commerçants pour sa survie. Ce cauchemar est en passe d’être relégué au passé.

Le processus de modernisation

Aucun segment d’activité ne doit être en reste dans le processus de modernisation de l’administration. Le ministre Soungalo Ouattara en avait fait un challenge dont il entend personnellement assurer le suivi. A la Carfo, on constate depuis au moins un an, que les délais pour traiter un dossier ont été ramenés à 10 jours. C’est un progrès considérable au regard des trois à six mois de temps que cela prenait jadis. Certains nouveaux pensionnés ont ainsi pu toucher le premier arrérage dans la continuité de leur dernier salaire de fonctionnaire. Afin que la formule puisse bénéficier à tous sans exception, une nouvelle expérience est en train d’être tentée à la Carfo : le Bureau Total. A travers le concept de Bureau Total, on a regroupé tous les services qui interviennent dans le traitement du dossier. L’objectif visé, c’est de ramener le délai de traitement à un jour. Pour cela, il a fallu analyser les différents niveaux de traitement du dossier afin d’identifier les goulots d’étranglement. Initialement avant de passer à la caisse, il fallait au préalable éditer deux actes. Un premier acte sur papier A4 qui est la décision de pension. Un deuxième acte qui est l’édition d’une fiche comportant toutes les informations relatives au pensionné. Le délai de traitement de ces deux actes était de 10 jours. Désormais tout se fera sur la même fiche : décision de pension et tous autres actes administratifs et financiers. Cette fiche est traitée par les différents services intervenant dans le processus de paiement de la pension. Il s’agit notamment des directions suivantes : le service des prestations qui comprend divers services tels que l’accueil, les pensions militaires et les pensions civiles. Vient ensuite le contrôle de gestion, la direction financière et comptable et enfin la direction générale. Tous ces services (à l’exception de la direction générale) sont regroupés dans le Bureau Total afin de faciliter le traitement des dossiers. Le Bureau Total est lui-même domicilié au siège social de la CARFO à Ouaga 2000.

L’objectif du Bureau Total : ramener le délai à une journée

Le challenge c’est désormais de boucler les dossiers en une journée. Réunir quatre services dans un même bureau en leur assignant une obligation de délai d’un jour. Le challenge n’est pas seulement technique. Certes, les agents réunis peuvent réaliser le job comme prévu en une journée mais comment garantir la disponibilité des différents responsables disposant des pouvoirs de signature ? Cette question semble avoir retenu l’attention de la direction générale de la Carfo qui a prévu des délégations. La seule signature qui ne puisse être déléguée est celle du directeur financier et comptable. L’expérience a débuté le 27 août dernier et en est donc encore à ses débuts. En attendant un premier bilan, les responsables de l’institution affichent leur optimisme. Pour nous assurer, nous sommes retournés au Bureau Total le lundi 3 septembre où le directeur général nous a fait le point de la situation des dossiers. Le système fonctionne effectivement comme prévu. Les pensionnés qui ont transmis leur numéro de compte ont eu leur pension virée dans leur banque. Le bulletin de paie du pensionné N° M 201200750 était même prêt et l’intéressé pouvait être payé immédiatement à la caisse s’il avait pu être contacté. Malheureusement, ce dernier n’avait pas laissé de numéro de téléphone. Le ministre Soungalo comme on le sait a les yeux rivés sur ses compteurs, avec la même exigence, celle de l’obligation de résultat dans tous les secteurs d’activité de son département. Que ce soit les concours aux emplois de l’Etat, la gestion des carrières des agents, la protection sociale des personnels de l’Etat, il faut partout installer la culture des bonnes pratiques administratives. La direction est donnée et il ne reste plus qu’à souhaiter que cet élan ne retombe pas. Pour le grand bonheur des agents de l’Etat et pour le meilleur dans le fonctionnement de l’Etat.

 

 GBN


 

CONCOURS DIRECTS DE L’ETAT : 405 968 candidatures pour 5 409 postes à pourvoir

C’est parti depuis le samedi matin, 1er septembre 2012, pour les concours directs de la fonction publique, session 2012. Pour cette année, ce sont 143 573 candidats qui briguent les 5 409 postes à pourvoir. Avec les multiples candidatures, celles-ci ont atteint le chiffre de 405 968. Soungalo Apollinaire Ouattara,le ministre de tutelle, après avoir tenu une conférence de presse sur le sujet des concours directs le vendredi 31 aout 2012, s’est rendu sur le site du lycée Philipe Zinda Kaboré où il a procédé au lancement de la dite session. Il a ensuite visité le lycée Marien Ngouabi, l’autre centre d’examen. Pour cette première phase, 52 concours sont ouverts et pour cela 23 313 agents ont été mobilisés sur toute l’étendue du territoire pour assurer une bonne organisation de la session. 8220 salles de classes ont été réquisitionnées et le budget global alloué à la session est de 750 000 000 FCFA. Selon Laure Ido présidente du jury I à Marien Ngouabi « Pour cette première journée, aucun incident majeur n’a été relevé, hormis les candidats qui ont été refoulés pour être arrivés dix minutes après le début des premières épreuves. » Le ministre Soungalo Ouattara, répondant aux questions des journalistes dit s’être donné « comme défi de faire en sorte que l’accès aux emplois de la fonction publique soit basé sur l’égalité des chances ». Il s’est en outre dit satisfait du déroulement des concours en ce premier jour.

WB


Commenter l'article (7)