Programme « Electricité pour tous » : 105 localités électrifiées sous la houlette du FDE

Publié le mercredi 5 septembre 2012

Avec le départ de la Directrice générale, Marie Blanche Bado, le Fonds de développement de l’électrification (FDE) a fait son bilan. A l’issue de celui-ci des avancées dans la promotion du courant électrique dans les zones rurales du pays ont été constatées par le gouvernement, les bailleurs de fonds et les populations bénéficiaires. Tous ont unanimement reconnu la création de ce deuxième segment dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale en matière d’électricité. Cela parce qu’au regard des sept (7) ans d’opérationnalisation, le Fonds a accompli des miracles. Environ cent vingt mille (120 000) personnes issues de quinze mille (15 000) ménages bénéficient actuellement des retombées des investissements consentis dans soixante-dix (70) localités déjà éclairées. Treize (13) autres sont en instance de mise en service, douze (12) en cours d’électrification, vingt-cinq (25) en phase de passation de marché, cinquante (50) en cours sur cofinancement de l’Union européenne. Malgré des débuts difficiles liés notamment à la défaillance de certaines entreprises commises aux travaux d’électrification, il apparaît que le FDE est parvenu à tirer son épingle du jeu avec une approche participative et des innovations technologiques réductrices des coûts de production. C’est ce qui ressort des conclusions de la dernière assemblée générale des sociétés d’Etat consacrée aux établissements publics de l’Etat (EPE) les 26 et 27 juillet 2012.

Le partenariat dynamique et fructueux instauré entre l’Etat, les entreprises intervenant dans le secteur de l’électricité (les fermiers), les sociétés coopératives ou coopératives d’électricité (Coopel) a pleinement favorisé l’adhésion au processus. La bonne exécution du programme résulte également du bon tandem entre l’opérateur traditionnel, la Sonabel et le FDE pour lever les différentes entraves techniques sur le terrain. Le dynamisme du programme burkinabè a été salué en février 2012 par des agences et des sociétés en charge de l’électrification rurale de six pays africains (Bénin, Gabon, Guinée-Conakry, Madagascar, République démocratique du Congo, Togo) venues s’inspirer de l’expérience de Marie Blanche Bado et de son équipe. Dans la perspective de contribuer pleinement à l’atteinte de l’objectif gouvernemental du taux de couverture de 60% à l’horizon 2015, le programme « Electricité pour tous » mobilise davantage de bailleurs de fonds et de projets. A cette échéance-là, les trois cent deux (302) communes rurales devraient goûter à la lumière. L’engouement est réel à tel point que les localités déjà éclairées font face à des problèmes récurrents de renforcement de leurs installations actuelles et d’extension de réseau. Jouant le double rôle d’agence et de fonds, ce deuxième segment fédère plusieurs sources de financement à savoir l’Union européenne, le programme spécial présidentiel, le projet indien « Team 9 », etc. La réflexion est ouverte sur la nécessité d’une participation effective du système bancaire à la consolidation et à la pérennisation du processus. Il s’agit d’explorer la possibilité d’accès aux crédits par les Coopel. 

Ce défi est celui du nouveau directeur général, Jean Baptiste Kaboré qui débarque de la Sonabel où il était Directeur financier et comptable. Après avoir porté le programme d’électrification rurale sur les fonts baptismaux, le relais de Marie Blanche Bado va se jouer sur d’autres fronts : consolidation des acquis, accélération des projets, pérennisation des investissements.

 

Michaël Pacodi

(pacomik@yahoo.fr)

 


Commenter l'article (0)