Faso Academy, c’est reparti !

Publié le dimanche 5 août 2012

Le lancement officiel des éliminatoires de l’émission de révélation de jeunes talents de la chanson burkinabé Faso Academy (FAC) a eu lieu le vendredi 13 juillet 2012 dans le jardin de la RTB/Télé. Les présélections avaient déjà démarré. C’est ainsi que sur 350 inscrits à Ouagadougou, seulement 12 ont reçus leur ticket de sélection le 23 juin 2012 après un passage marathon devant un jury. La suite des compétitions a débuté le 14 juillet. Pour ces premières manches éliminatoires, trois chansons sont retenues : Azalaki de Daizy Frank, Yamkasséké de Georges OUEDRAOGO, Ting-Tang de Prince ZOETABA. A Faso Academy (FAC), la bonne foi des organisateurs ne suffit pas toujours à éclaircir les zones d’ombre, les incompréhensions de la part des téléspectateurs et des mélomanes.

Normal ! Les bénéficiaires sont jeunes (moins de trente ans exigé) et le domaine est délicat, car il s’agit souvent de juger de goût et de couleur. On a beau pérorer sur la gamme et le tempo, la musique demeure un art et à ce titre on peut y réussir sans passer par les voies (les voix aussi) classiques de codification. Les manquements constatés de-ci, de-là, n’empêchent pas de dire que Faso Academy est un cadre de révélation de jeunes chanteurs. D’anciens compétiteurs, qui ne sont pas monté sur la plus haute marche du podium, sont ainsi devenus des artistes musiciens bien installés dans le monde du show-biz burkinabè. L’engouement est à tous les niveaux. Du téléspectateur lambda aux futures vedettes en herbe en passant par la ménagère de plus de 50 ans, on se mobilise physiquement et de cœur pour suivre la compétition. La Télévision Nationale du Burkina l’a compris en s’investissant dans ce concept (le mot est bien aimé des artistes musiciens Burkinabè).et en sonnant la mobilisation autour de l’animatrice vedette Maguy Leslie OKA. Alain Giresse Hounou a été sacré vainqueur de l’édition passée, le samedi 05 novembre 2011 à la maison du peuple de Ouagadougou. A l’époque il y avait 64 présélectionnées sur 912 inscrits. A qui le tour cette année ?

Les candidats ont intérêt à méditer ces mots de Cendrine Nama, lauréate de Karaoké 2007, ancêtre de Faso Academy : « Au début c’était une ambiance bon enfant. On était nombreux. Mais plus le nombre diminuait, plus l’étau se resserrait et plus ça devenait difficile et sérieux et plus l’ambiance se dégradait. En réalité, je trouve que tout cela m’a beaucoup muri et rendu plus forte. J’ai du me rendre compte que les gens ne sont pas forcement ce qu’ils prétendent être. Je me souviens que le jour de ma victoire, j’étais tellement heureuse et triste en même temps. Triste, parce que j’ai eu l’impression que plus rien ne serait plus comme avant entre nous. Les bons souvenirs y’en a pas mal, nos moments de délires, cette émission m’a vraiment forgé. J’en tire une grande leçon de vie, l’endurance, le souci de toujours donner le meilleur de soi. » A bon entendeur…Bonne chance !

 

Ludovic O KIBORA

 


Commenter l'article (14)