Zaca peine à s’emballer

Publié le dimanche 4 mars 2012

On nous avait promis un projet pharaonique, une cité
administrative et futuriste digne des temps modernes au point que
l’on a dû tenir loin les sans culottes qui créchaient dans le site de
continuer à y trainer leur misère. Pas moins de 250 milliards
d’investissements, avait-on dit. C’est en effet à coup de milliards
qu’on avait dû acheter le consentement de ces sans culottes qui y
créchaient, histoire de calmer leur colère qui s’était traduite par
d’incessantes émeutes qui menaçaient d’installer la chienlit au
coeur de la cité. La bagarre appartient désormais au passé et
Tertius Zongo, alors premier ministre, a même procédé le 14
janvier 2010 à la pause de la première pierre de lancement des
travaux. On avait espérer que le geste symbolique du PM allait
booster l’énergie des investisseurs qui devait se traduire par un
engouement exceptionnel afin que la cité futuriste sorte de terre.
Hélas, près de deux ans après, on ne voit toujours rien venir, à
part de temps en temps quelques engins remuant des monticules
de terre. Que font donc les 250 souscripteurs qui se sont rués sur
les parcelles ? A-t-on réussi à placer les 24 restantes ? Plus que
trois ans pour épuiser le délai prescrit pour sortir les
infrastructures de terre. Il y a comme un silence radio observé sur
le projet depuis que les hordes de l’imam Bangré et de El Hadj
Koanda Mahamadi ont décroché. Il est temps que l’on
communique sur ce chantier qui a fait tant de bruit et dont les
promesses tardent à se concrétiser.


Commenter l'article (5)