Les déboires judicaires de Maiga Abdoul Karim

Publié le jeudi 21 juin 2012

Il a le sentiment d’avoir perdu son procès contre son employeur par la faute de son avocat. Le jugement en première instance n’ayant pas été favorable, l’avocat a interjeté appel. Mais l’arrêt rendu le 26 janvier a aussi confirmé le premier jugement. Comment pouvait-il en être autrement si l’avocat n’a pas fait son travail en présentant à la cour ses conclusions. Et l’arrêt de souligner « que l’appelant n’ayant pas conclu ne fournit pas à la cour ses éléments de critique pour lui permettre de réexaminer ses chefs de demande, que la cour ne saurait se substituer à lui ; que par conséquent le juge d’appel ne peut que rejeter son recours et confirmer la décision de première instance… ». Voilà donc la bagarre entre le client et son conseil qui n’a trouvé d’autre parade que de fermer la porte de son cabinet à son client. Pour Abdoul Karim Maiga, c’est la preuve que son avocat est de mèche avec son patron. Il saisit le bâtonnier d’une plainte. Ce dernier demande des explications à l’avocat. Ça fait huit mois que ça dure. Maiga qui veut comprendre multiplie les interpellations à l’égard du bâtonnier. Sans succès jusqu’à présent. Pour lui désormais les choses sont claires. Ces gens là se soutiennent sur le dos des pauvres gens comme lui. Très amer, M. Maiga ne comprend pas comment un tribunal du travail peut rendre un jugement qui ignore ses droits de travailleur. Il a en effet travaillé pour la société SIRRES de 1992 à 2007, soit 15 ans. Comment peut- on le licencier sans droits ?


Commenter l'article (0)