Droits humains : Une fiche de suivi pour mieux protéger les détenus

Publié le mercredi 20 février 2019

Face à la presse, ce lundi 4 février, Zongo Nestor, point focal de la 6e formation régionale en droits humains a décliné les actions que sa structure attend faire pour l’amélioration des droits humains des détenus.

La formation régionale dont il était question s’est tenue du 19 février au 3 mars 2018 au Burkina Faso. Elle a rassemblé sept pays de l’Afrique sous le thème : « La prévention contre la torture en francophonie ». A l’issue des travaux, les participants de chaque pays devraient mener une activité collective pour améliorer les droits humains de plusieurs groupes sociaux. Les compatriotes du Burkina ont donc choisi de travailler sur la situation des détenus en établissant des fiches individuelles pour mieux suivre la situation de chacun d’entre eux. Cette activité répond parfaitement à la loi n°10-2017 portant régime pénitentiaire qui, à son article 257 dispose : « Chaque détenu doit avoir une fiche médicale individuelle sur laquelle sont portées toutes les indications relatives à son état de santé et aux traitements subis. Cette fiche est jointe sous pli confidentiel au dossier individuel du détenu lors des transfèrements ».
Selon Nestor Zongo, cet exercice de suivi vise plusieurs enjeux. Il s’agit d’abord de contribuer à la gestion efficace des prisons. Ainsi, le projet aidera à mieux planifier des actions comme les soins de santé, la formation professionnelle, l’éducation et les programmes de réinsertion. Il s’agira également de suivre au quotidien les repas, les prises en charge médicaux, définir les effectifs requis au profit des détenus. Ensuite, l’exercice intègre le renforcement de la confiance de la communauté à la justice pénale et la primauté du droit en général.
Pour ce faire, l’accent sera mis sur la transparence, le respect du principe de responsabilité redditionnelle de l’administration pénitentiaire, la surveillance et la prévention des violations des droits de l’homme dans les lieux de détention. Enfin, il s’agit également d’améliorer le respect des droits des détenus par la prévention de la torture et autres peines et traitement cruels et dégradants. Pour Nestor Zongo, il est par exemple inadmissible de voir des voleurs de poulets dans les mêmes cellules que des bandits de grand chemin. Il faut ajouter que l’un des principaux objectifs des fiches est de travailler véritablement à la rééducation et à la réinsertion sociale des détenus.
L’action est en phase pilote et concerne 40 détenus de la Maison d’Arrêt et de Correction de Bobo-Dioulasso. Ce point focal conduit par Nestor Zongo a pour l’instant la lourde tâche de travailler à la vulgarisation des fiches individuelles de suivi régulier des dossiers individuels des détenus.

Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)