Galerie de mode Case Kamite L’élégance à l’Africaine

Publié le jeudi 24 janvier 2019

Case Kamite est une nouvelle boutique de vêtements et d’accessoires de mode qui vient d’ouvrir ses portes à Ouagadougou. Spécialisée dans la mode Africaine, cette nouvelle galerie offre une gamme variée de produits, de décorations d’intérieurs et bien d’autres. L’inauguration a eu lieu le 15 décembre dernier par le maire de l’arrondissement 12 de la ville de Ouagadougou.

Case Kamite, comme « la case Africaine », est selon la promotrice Cendrine Nama, par ailleurs artiste musicienne, un lieu de promotion du savoir-faire des artisans locaux. En plus d’être une boutique, c’est une entreprise de confections de produits en textiles, en pagnes et autres matières. « Nous confectionnons des vêtements, des sacs et fabriquons des bijoux et accessoires, à base de perles, de matériaux venant d’ici et d’ailleurs, surtout d’autres pays africains ». Par cette démarche, Case Kamite entend ainsi mettre en avant l’art et surtout la culture Africaine, à travers la rencontre entre la tradition et la modernité. C’est « l’Afrique qui va à la rencontre du monde ». Plusieurs artistes d’ici et d’autres pays de la sous-région Ouest Africaine, sont les fournisseurs de Case Kamite. « J’ai toujours été une amoureuse de l’Afrique et de tout ce qui fait l’Afrique » affirme Cendrine Nama. Une manière donc de mettre en lumière cette culture Africaine. Pour ce qui est des prix, elle rassure. « Nous avons de petits articles de 500 à 1000 FCFA, 5000, 10000, 15000, 20000 et autres ». Des prix étudiés qui prennent en compte les réalités, histoire d’être au plus près de la population.
De plus, dans le souci de fidéliser sa clientèle, Case Kamite, met à sa disposition, des paniers cadeaux, dans lesquels, on y trouve sirops, confiture, vins, tout ceci faits par des africains pour tous les événements.
Une note particulière de l’entreprise, Case Kamite offre chaque dimanche, un marché local de fruits et légumes.
Pour la promotrice, c’est une opportunité pour les ménages d’accéder à des produits bord champs, directement acquis auprès de maraichers, de paysans, d’agriculteurs, à des prix accessibles.

Mariam SAGNON (Stagiaire)


Commenter l'article (0)