Maison des jeunes talents du Burkina Faso : Macron a tenu sa promesse !

Publié le jeudi 6 décembre 2018

Le 28 novembre 2017, le président Français, Emmanuel Macron, avait, dans son discours prononcé à Ouagadougou, promis la construction d’une Maison de la jeunesse Africaine. C’est chose faite. Ouagadougou possède désormais une « Ruche » où la jeunesse pourra étudier et s’informer pour se projeter dans le reste du monde. L’inauguration a eu lieu le 19 octobre dernier en présence des ministres des affaires étrangères, burkinabè et français.

Baptisée La Ruche, cette maison est la concrétisation de la promesse du président Emmanuel Macron, lors de son passage à l’université Ouaga 1 Pr-Joseph-Ki-Zerbo. Ce nouvel espace se veut être un lieu de bourdonnement d’idées, de projets d’une jeunesse innovante, suffisamment outillée pour relever les défis de développement. L’originalité de La Ruche, selon le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, c’est d’abord son nom. « Vous avez évoqué le miel. Il y aura ici un lieu original qui s’appelle le Tiers-lieu. Un lieu de travail ouvert dont la vocation est de faciliter les rencontres entre les organismes de recherches, les entreprises, les étudiants, les financeurs, un lieu d’expression et de création » a-t-il confié.
A en croire la chargée de l’innovation à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et du Tiers-lieu de La Ruche, Hélène Guehenneuc, des mentors seront disponibles pour accompagner personnellement les jeunes dans tout ce qui est projet entrepreneurial ou dans leurs projets professionnels.

Déjà près de 1200 étudiants accompagnés et 800 volontaires disponibles

Tout comme les ruches, La Ruche attirera en un lieu, des milliers de jeunes pour leur permettre de bénéficier de l’accompagnement dont ils ont besoin, dans leur démarche académique, leur orientation professionnelle et dans la formation et la conduite de projets innovants. A ce propos, le ministre burkinabè des affaires étrangères et de la coopération, Alpha Barry, a donné des chiffres lors de son intervention. Il affirme que près de 1 200 étudiants ont bénéficié d’un accompagnement. 800 volontaires ont été échangés avec la possibilité donnée désormais aux jeunes Burkinabè de se constituer volontaires en France et plus de 700 partenariats ont été noués. Ainsi, avec ces nombreux partenaires, La Ruche regroupe différents espaces. Il s’agit de Campus France. C’est une agence dédiée à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études supérieures en France. Il y a France Volontaire, qui accueille, forme, informe et accompagne la jeunesse solidaire et engagée. Sans oublier Tiers-Lieu, créé avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Son objectif est de faciliter, d’une part, les rencontres entre les organismes de recherche, les entreprises, les associations. D’autre part, offrir aux étudiants, innovateurs, incubateurs, financeurs et artistes, un cadre d’échanges et de partages. Par ailleurs, la maison offre une connexion internet haut-débit, par fibre optique dans le cadre d’un « partenariat exceptionnel avec Orange Burkina » afin de permettre de faire des recherches.

Fruit de la coopération

Le ministre français des affaires étrangères, qui est à sa deuxième visite à ce poste au pays des hommes intègres, s’est dit « très heureux » d’être au rendez-vous des engagements du président Français. « La France croit en la capacité de la jeunesse burkinabè », a-t-il déclaré. « Elle démontre cela en contribuant à mettre en œuvre ce lieu de création, d’innovation et de création du Burkina de demain » poursuit-il. Il espère que le bourdonnement propre aux ruches sera de mise dans cette maison nouvelle. « Cet espace de services donnera un peu plus encore corps au souhait partagé des autorités de nos deux pays » a-t-il conclu. Alpha Barry a, quant à lui, salué cette promesse tenue par le président français. Tout comme son homologue, il a souhaité que le nouvel espace, de par ses animateurs, travaille à produire du bon miel.

Mariam SAGNON (Stagiaire)


Commenter l'article (0)