Acquisition de sabots Denver par la police municipale de Ouagadougou : Il y a eu erreur de chiffres

Publié le jeudi 15 février 2018

Le 28 décembre 2017, la police municipale de Ouagadougou présentait
à la presse 18 nouveaux sabots Denver, 5 pour les véhicules poids lourds et 13 pour les petits véhicules. L’information relayée par la suite dans certains médias faisait état d’un coût global de 150 millions de FCFA. Cette information laissait planer l’ombre d’une grosse surfacturation. Qu’en est-il au fait ?

L’indignation et le doute sur la sincérité des prix sont venus des citoyens. Plusieurs d’entre eux, « par curiosité et en tant que contribuable », ont fouiné eux-mêmes sur le Net pour savoir si la facture des 18 sabots pouvait être si salée. Les informations qu’ils ont collectées sur la toile ont renforcé leur doute. Ils ont alors exigé plus de détails sur ladite facture en interpellant les journalistes.
Nous avons alors entrepris de continuer le travail que ces derniers ont commencé. D’après des informations obtenues auprès d’une dizaine de sociétés de commercialisation basées en Europe, le prix d’un sabot Denver se situe entre 200 euros (131 191,4 FCFA) et 1000 euros (655 957 FCFA) hors taxes selon le type et les caractéristiques techniques. À ces prix, on est à plus de 10 fois loin d’atteindre les 150 millions.

La facture est à 9 903 800 FCFA

Afin de mieux comprendre, nous nous sommes rendus à la direction générale de la police municipale. Nous avons également contacté l’entreprise attributaire du marché. D’après les différents documents, le marché en question est enregistré à la direction générale des marchés publics de la Mairie de Ouagadougou sous le CO/03/01/02/00/2017/00104 et est financé par le budget communal, exercice 2017. La procédure utilisée est la consultation restreinte. Trois propositions de prix ont été reçues. La première s’élevait à 11 675 000 francs, la deuxième à 14 432 580 francs et la dernière à 9 903 800 francs hors taxes sur la valeur ajoutée (HTVA). La dernière offre financière a été acceptée et c’est Kilo Global Security qui a remporté le marché. Les 9 903 800 francs, mis à part le coût des 18 sabots, incluent les frais d’enregistrement du marché à l’hôtel des finances à hauteur de 800 000 francs, les frais de douane à 1 200 000 francs, les frais de transport par fret aérien à 1 104 000 francs et la marge bénéficiaire de l’entreprise.

Problème de communication

Pourquoi alors plusieurs médias ont-ils relayé 150 millions dans le même temps ? Le Directeur général de Kilo Global Security, Kassoum Ouédraogo, dit n’avoir rien compris. D’après le Chargé de communication de la police municipale, Adama Pamtaba, le coût estimé à 150 millions n’a jamais été donné lors de la conférence de presse du 28 décembre 2017.
Ce qu’il reconnaît cependant est que, répondant à la question d’un journaliste relative au coût global du matériel, il a confié ne pas avoir des informations précises en l’absence du responsable financier, mais que le coût varierait entre 9 millions et 15 millions. C’est avec surprise qu’il dit avoir lu 150 millions dans plusieurs médias. Selon lui, une demande de rectification a été faite.

Par Gaston Bonheur SAWADOGO (gastonbonheur@gmail.com)


Commenter l'article (0)