Inauguration Centrale solaire de Zagtouli : La brouille entre Macron et l’ambassadeur Jean Lamy

Publié le jeudi 29 mars 2018

La centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli est considérée comme la plus grande de la sous-région ouest-africaine. Elle est d’une capacité de 33 MW, et est supposée produire 56 GW par an, soit 5% de la consommation nationale. Son inauguration occupait une place importante dans l’agenda du président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite officielle de 72 heures au Burkina Faso, la France étant un des partenaires financiers du projet. C’est donc en grande pompe que la centrale solaire de Zagtouli a été inaugurée par le président du Faso et le président français, Emmanuel Macron le mardi 29 novembre dernier en présence d’un parterre de personnalités. « L’inauguration de la centrale de Zagtouli (...), c’est l’image d’une Afrique qui s’engage vers des solutions durables, écologiques, à la fois au bénéfice concret et immédiat des populations mais aussi de l’agenda global du climat » a estimé le président Macron. Cependant, en dessous de ce qui se faisait ou se disait au cours de cette cérémonie grandeur nature, il y a quelqu’un qui fulminait intérieurement. Il s’agit bien de Jean Lamy, Ambassadeur et Chef de la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso. Il n’aurait pas aimé la manière dont la communication a été faite autour de la question. En plus le jour de l’inauguration, Emmanuel Macron dans son intervention n’a pas daigné citer l’Union européenne comme partenaire dans la mise en œuvre du projet. Il en veut particulièrement à Emmanuel Macron d’avoir agi comme si c’est la France seule qui avait financé le projet de la centrale. Certes, elle a contribué à travers l’agence française de développement (AFD). Mais à quel prix ? Ainsi après la cérémonie et le départ du président français, les services de l’ambassadeur Jean Lamy ont convié certains médias dans les locaux de l’Ambassade de l’Union européenne. L’objet de la rencontre était « une mise au point du financement » de la centrale. Il ressort de cet entretien que la contribution de la France est un prêt de 15 milliards fcfa tandis que celle de l’Union européenne est un don de 16 milliards de f cfa.

Basidou Kinda


Commenter l'article (0)