Arrêtons les récriminations, il faut avancer !

Publié le mardi 9 janvier 2018

« Au cours de ces deux années, nous pensons que le bilan est positif, n’en déplaise aux nostalgiques du CDP, de la NAFA et compagnie, qui ont pillé le pays pendant 30 ans, qui n’ont rien fait, (…) qui ont, comme le disait mon regretté et ami Salifou Diallo, mis en place un système clanique de gestion de l’Etat. Donc, le simple fait qu’on ait mis fin à cet ordre-là, à cette façon de gérer, c’est une grande victoire. » Ainsi parlait le premier ministre Paul Kaba Thiéba le 30 novembre dernier lors d’une rencontre-bilan des deux ans du MPP au pouvoir. Arrêtons-nous un peu sur cette déclaration. Cela fait déjà trois ans que Blaise est parti, chassé par la rue. Mais avons-nous pu faire partir « son système clanique de gestion de l’Etat » ? Ce n’est pas du tout évident ! Le système clanique de gestion est un lourd héritage que nous continuons de trainer, en raison des privilèges qu’il procure à certains. Blaise n’est pas parti avec son système. Il a laissé sur place son entourage, c’est-à-dire ceux qui l’ont aidé à construire et à consolider son système. Même à supposer que ces derniers aient la volonté de changer les choses, on voit bien que ce n’est pas pour demain la veille. Et puis, soyons sérieux. La politique est une chose noble. Il faut arrêter de donner d’elle l’image de la mauvaise foi. Rien que le 29 novembre 2017, le président du Faso, en compagnie de son homologue français, inaugurait la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli, considérée comme la plus grande en Afrique de l’Ouest. N’est-ce pas Blaise Compaoré qui en est le géniteur ?.

« Nous craignons qu’à l’heure des bilans, il n’y ait pas grand-chose à moissonner. Les attentes des Burkinabé comme vous le savez sont grandes. Alors, le débat démocratique oui, mais il faut mener le bon débat, car les Burkinabé n’ont guère besoin d’un autre réveil douloureux »

Selon l’« avis de marché de travaux construction clé-en-main de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli (Ouagadougou) – Burkina Faso », la date limite pour la soumission des candidatures était fixée au mardi 10 juin 2014 au plus tard 17h30 heure locale. Reconnaissons au moins que sur ce fait, Roch et son MPP n’ont été que des inaugurateurs d’une œuvre déjà pliée. Alors, menons le bon combat, celui qui fait progresser le Burkina. Rendre Blaise responsable de tous nos maux en donnant l’impression que l’on part d’une table rase, c’est vouloir manipuler les Burkinabé. Blaise c’est désormais le passé. Les Burkinabé attendent désormais autre chose qu’il ne voit malheureusement pas venir. Le PNDES parlons-en ! Où en est-on ? Combien de projets ont-ils démarré ? Quel est le taux d’absorption des milliards de promesses annoncées ? Il semble que dans les ministères on a toujours du mal à ficeler les projets et que l’on s’empêtre dans des querelles d’arrière-garde pour placer des protégés à des postes juteux. Otez-nous donc ce doute là parce que les rumeurs se font insistantes ! Nous craignons qu’à l’heure des bilans, il n’y ait pas grand-chose à moissonner. Les attentes des Burkinabé comme vous le savez sont grandes. Alors, le débat démocratique oui, mais il faut mener le bon débat, car les Burkinabé n’ont guère besoin d’un autre réveil douloureux ! Ils ont assez des querelles de clocher et des effets d’annonces.

Par Basidou KINDA


Commenter l'article (0)