Filep 2017 : La contribution des médias au renforcement de la sécurité

Publié le jeudi 7 décembre 2017

C’est sous le thème « Défis sécuritaires en Afrique : Rôle et responsabilité des médias » que la 7e édition du Festival International de la Liberté d’Expression et de Presse (FILEP) se tient du 8 au 11 novembre à Ouagadougou.

Les acteurs des médias venus d’une quarantaine de pays africains réfléchissent dans la capitale burkinabè sur leur contribution à relever le défi sécuritaire dans une période aussi mortifère que connaît le continent. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Haut représentant du chef de l’État, Moumina Chérif Sy. Il a salué la poursuite de la tenue du festival qui, qui selon lui, participe surtout au renforcement des capacités des journalistes en vue de mieux faire leur travail. Il interpelle les participant en leur signifiant qu’au regard de la nature de leur métier, ils sont un maillon très important dans le système sécuritaire. Citant le phénomène terroriste qui menace la paix et la stabilité du continent africain, Chérif Sy a signalé que la presse s’avère être une courroie de transmission à double tranchant. En effet, a-t-il dit, elle peut être un relais de propagande pour les mouvements terroristes qui ne cherchent qu’à donner un écho considérable à leurs funestes actes. Mais à contrario, la presse peut aussi contribuer significativement à protéger de façon efficace les populations. Pour endiguer le phénomène, le Haut représentant a exhorté les journalistes à plus d’engagement et de professionnalisme dans l’exercice de leur profession. « Le journalisme consiste essentiellement à livrer une bataille quotidienne et permanente contre toutes les formes d’inégalités et d’aliénations qui empêchent l’homme de jouir véritablement de sa liberté », a-t-il déclaré.
Il les a par ailleurs incités à accentuer davantage leur rôle de conscientisation des masses et de responsabilisation des décideurs publics. Selon lui, l’engagement du journaliste n’a de sens que lorsqu’il le met « en face des grands défis que nos sociétés ne peuvent relever autrement qu’en accédant aux informations utiles et nécessaires pour se parler, penser, décider et agir contre les maux qui minent leur évolution ». Dans la même lancée, il a laissé entendre que le sens de l’engagement journaliste, c’est d’accompagner vivement non seulement le mouvement de conscientisation des masses mais aussi de responsabilisation de nos dirigeants.
Quant à Boureima Ouedroago, président du comité d’organisation de cette 7ème édition, il a signifié aux participants FILEP 2017 se veut être un creuset pour analyser l’ampleur du phénomène terroriste et ses implications pour la construction de véritables Etats de droit en Afrique. Il les a invités à réfléchir sur leurs contributions possibles pour contenir le phénomène terroriste.

Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)