Crise à l’UPC : Le parti du lion se dit « victime d’un complot du MPP »

Publié le mardi 14 novembre 2017

Suite à la sortie fracassante d’une dizaine de parlementaires issus de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), Zéphirin Diabré, en compagnie d’une ribambelle de militants, a animé un point de presse ce lundi 09 octobre au siège du parti. Battant en brèche les arguments développés par les sécessionnistes, le chef du parti affirme que son parti est victime d’un complot ourdi par le parti au pouvoir.
Une conférence de presse aux allures d’une assemblée générale. Une masse de militants de toute condition ont pris d’assaut le siège du parti pour être spectateur oculaire de la déclaration de leur mentor. Prévu pour 10 h pile, Zéphirin Diabré s’est présenté aux Hommes de médias 10 minutes avant l’heure indiquée. Il garde un visage souriant. Abordant le fond du sujet, Zéphirin Diabré a tenu faire une précision « très importante ». Pour lui, il n’existe pas un regroupement de député appartenant à l’UPC dénommé « groupe parlementaire UPC pour le Renouveau Démocratique. Il signale que la situation que traverse son parti est une étape du complot que le MPP a orchestré pour déstabiliser l’UPC. Zéphirin explique que le parti au pouvoir, caressant l’idée de créer un grand parti de gauche, a voulu coopter des militants de l’UPC à l’hémicycle afin de tisser un réseau de député pro-MPP. Et pour ce faire, plusieurs moyens sont mobilisés : « argent », « promesse de poste juteux », etc. Il poursuit pour dire que cette entreprise du parti au pouvoir a été dénoncée par certains députés « intègres » de l’UPC, qui ont été également approché afin d’être débauchés. Il ajoute qu’il ne faut pas se faire des illusions, que c’est la campagne de 2020 qui a déjà commencé. Mais malheureusement pour le MPP, il a « dégainé trop tôt ».
Revenant sur les propos des députés sécessionnistes, Zéphirin rappelle que c’est l’article du Courrier Confidentiel qui a ouvert la boîte de pandore. L’article accuse ces derniers d’être des infiltrés pour déstabiliser l’UPC. Et pour les sécessionnistes, l’organe dirigeant du parti devrait apporter un démenti à une telle accusation. Zéphirin se dit étonné de cette posture. Pour lui, lorsqu’un organe de presse accuse une personne, c’est à l’intéressé de faire un droit de réponse. Et si cela ne suffit pas, il peut saisir la justice afin de voir son honneur lavé. Zéphérin poursuit pour indiquer ces mis en cause sont même tombés dans le piège du journal, en disant qu’ils ont créé un nouveau groupe parlementaire.
Le président de l’UPC a terminé sa déclaration en s’adressant aux sécessionnistes. Il dit que la main du parti leur est toujours tendue.

Hamidou TRAORE


Commenter l'article (0)