Alcoolisme : Quand Réo meurt à petit feu

Publié le mardi 3 octobre 2017

Al-Kaaba, RFI, Jérusalem, Bassè m’wêrè (termine ton argent en lyélé). Tous ces noms ont un point commun. Il s’agit de débit de boisson alcoolisée devrais-je dire. Réo était réputé pour son dolo, bière à base de mil ou sorgho. Le jour du 21 de Réo (le marché qui coïncide avec le dimanche comme cela a été le cas hier) ce sont des dizaines de dolotières qui prenaient d’assaut les hangars avec des centaines de gros fûts de dolo. Au coucher du soleil, rien de tout cela n’existait plus. On se rappelle en 2006, un reportage diffusé sur les antennes de la télévision nationale. On y voyait des jeunes, des bras valides, s’arrêter devant la caméra pour clamer haut et fort que se saouler la gueule est une façon pour eux de noyer leurs soucis face au manque d’emploi. Cette séquence avait indigné plus d’un ressortissant du Sanguié. Bien entendu, le maire d’alors, Mathieu Bayala avait pris des mesures draconiennes pour interdire jusqu’au dolo à l’intérieur du marché de Réo.
Depuis quelques années, c’est l’alcool frelaté (Sopal, Quimapousse, etc. autant de noms) qui est devenu la boisson la plus prisée mais qui fait des ravages. Le pire actuellement, de vieilles personnes y noient leur sagesse. C’est bien le constat que nous avions fait lors d’un récent séjour. Quand on arrive au village, si c’est urgent de voir certains vieux, il vaut mieux les rejoindre dans les débits de boisson. Quand on demande d’après un vieux, on te balance ironiquement comme réponse : « Il est allé à son lieu de travail. » Entendez, il est parti pour boire. Ou plutôt, il est parti pour faire du « tjourè tjourè », onomatopée imitant le bruit des gorgées d’alcool. Ce breuvage est précieux comme les poches de sang nécessaires à la transfusion sanguine. Beaucoup de personnes âgées ne peuvent pas passer une journée sans en ingurgiter jusqu’à perdre leur boussole. Quand elles vous disent que « depuis le matin elles n’ont pas débarbouillé leur visage » cela veut tout simplement dire qu’elles n’ont pas encore pris la dose matinale d’alcool.

« Si les personnes censées conseiller, et qui sont des modèles pour les jeunes sombrent à leur tour dans les mêmes travers de l’alcool, il faut craindre qu’il n’y ait plus de bras valides ni de vieux sages pour assurer l’avenir »

Vraiment, la sagesse agonise ! Les vendeurs s’en foutent pas mal de l’état d’ivresse de leurs clients. Tout ce qui leur importe c’est se faire de l’argent. Ils vont jusqu’à instaurer des jeux (cartes, dame, Ludo ou baby-foot) de compétition entre les clients, les incitant à parier. L’argent de ces paris va servir à acheter l’alcool. Une liqueur qui ne coûte pas grand-chose, en effet. 25f la boule. C’est beaucoup moins cher par rapport à la bière de mil. Et il faut voir les gars vider le contenu de leur verre sans retenue et le visage se noircir comme s’ils venaient de recevoir une gifle. L’image est pathétique.
Réo est une localité reconnue pour la maraicher-culture. Beaucoup de jeunes y gagnaient bien leur vie. Mais l’alcool est en train de compromettre cela. Comme en témoigne le cas de ce jeune homme. Un jour, sous l’effet de l’alcool, il rentre à la maison. Sa mère était en train de préparer du tô. Sans qu’on ne sache comment ça commencé, il soulève la marmite du feu et renverse toute la bouillie sur sa mère Après de longs mois de souffrances, celle-ci fini par rendre l’âme. Une triste histoire mais néanmoins véridique.
Si les personnes censées conseiller, et qui sont des modèles pour les jeunes sombrent à leur tour dans les mêmes travers de l’alcool, il faut craindre qu’il n’y ait plus de bras valides ni de vieux sages pour assurer l’avenir. Les députés de la province devraient s’intéresser à la question. Il faut combattre sans répit le fléau. Il y va du futur et du développement de cette communauté. Le cas de Réo est bien illustratif pour beaucoup d’autres localités du Burkina où l’alcool frelaté fait des victimes. D’où l’urgence pour l’autorité politique d’engager des actions fortes pour contrer le phénomène.

Par Basidou KINDA


Commenter l'article (0)