Agribusiness Tv : Une simple idée aux succès extraordinaires

Publié le mercredi 13 septembre 2017

Ici Inoussa Maiga en T-shirt Agribusiness TV et son caméraman. Ils sont en plein travail de reportage chez Eugène Rouamba, un inventeur et innovateur. Ce dernier a eu le génie de créer une couveuse solaire pour couver les œufs.
© L’Evénement

En l’espace de 12 mois, la web-télé consacrée aux jeunes inspirants dans l’agriculture a connu un succès planétaire. La preuve qu’il y a des jeunes burkinabè qui auto entreprennent et réussissent malgré l’adversité. Mais comment y parvenir ?

Posez la question à Inoussa Maïga, fondateur d’Agribusiness TV, quand est née l’idée, il vous répondra : « Je ne sais pas à quel moment précis l’idée est venue. » Mais la réalité est qu’elle a vu le jour à travers Agribusiness TV. Cette web télé éblouit plus d’un au-delà du continent africain. « Quand les gens découvrent, ils trouvent ça incroyable » confie le fondateur. Pourtant à ses yeux, l’idée n’est pas si incroyable que cela. Elle est d’ailleurs simple, trouve-t-il. « Généralement, les gens cherchent trop loin. » Si Inoussa Maiga dit cela, c’est parce qu’il estime que quelqu’un d’autre aurait pu trouver l’idée et la mettre en œuvre. Mais (parce qu’il y’a un Mais) on a beau donner la même idée à plusieurs personnes, il y a beaucoup de chance que le résultat ne soit pas pareil, voire qu’elle meurt dans sa phase conceptuelle. « Une idée a plus de chance de survivre quand on a de la passion, quand on le fait selon notre convenance. » Quand il dit cela, il sait de quoi il parle. Lui, le fils d’agro-pasteurs (ainsi se définit-il), on comprend donc son attachement aux questions agricoles en plus également de son parcours universitaire (communication pour le développement).

Agribusiness TV, un nom qui existait déjà

Beaucoup de gens ont découvert Agribusiness TV pratiquement l’année dernière à la suite du lancement du projet. La webtélé se révèle être quelque chose de nouveau à leurs yeux. Et pourtant ! Le concept existait bien avant. Inoussa Maiga anime, en effet, un blog (GOOGOL FARMER) consacré à l’agriculture et au développement du monde rural. Sur la plateforme, il y avait une rubrique Agribusiness TV. Il y publiait ainsi de petites vidéos sur des expériences intéressantes dans le domaine agro-pastoral et du monde rural de manière plus large. Inoussa Maiga croyait déjà à la force de l’image. D’où le slogan : « voir c’est croire ! » La vidéo était l’option idéale pour ce faire. Si le jeune envisageait déjà ce qu’il comptait faire, il fallait « trouver le créneau qui n’est pas saturé et qui va dans sa vision à long terme. » Il va se focaliser alors sur les jeunes. Là aussi, il y a une raison qui a déclenché le déclic. Dans les discours lors des grandes conférences sur les questions agricoles, la même chanson revenait : « Il faut que les jeunes reviennent à la terre. » Mais quand Inoussa Maiga fait le constat, il y a bien des jeunes qui s’intéressent à la question et qui réussissent même. Ce qui contraste avec les discours. Il parvient alors à la conclusion que c’est parce que les jeunes qui y évoluent ne sont pas mis en valeur. C’est le point de départ de sa réflexion tournée vers les jeunes : « Montrer des modèles de jeunes entrepreneurs agricoles à succès » dans l’intention aussi d’encourager d’autres à s’y engager ou à se décider à faire les premiers pas. Agribusiness TV réalise alors des reportages vidéo qui mettent en exergue des femmes et des hommes âgés de moins de 40 ans, qui sont engagés dans l’entrepreneuriat agricole dans n’importe quel segment de la chaîne de valeur du secteur (production, fourniture d’intrants, recherche, vulgarisation agricole, transformation, transport, commercialisation, etc.). Le fait marquant dans ces reportages, c’est le profil des jeunes femmes et hommes : ils ont majoritairement des diplômes universitaires dans divers domaines d’études. Cela devant contribuer à changer la vision négative que les gens (surtout jeunes) ont de l’agriculture. « Montrer aux jeunes africains qu’on peut innover et vivre bien dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage » voilà d’ailleurs la mission centrale d’Agribusiness TV.

La volonté avant l’argent

Très souvent, beaucoup de jeunes qui veulent entreprendre mettent en avant la question des moyens financiers. Cela n’est pas la vision d’Inoussa Maiga. Car pour lui, pour entreprendre, il faut « beaucoup plus de volonté que d’argent. C’est la volonté qui permet d’investir l’argent nécessaire. » Inoussa, c’est en effet un jeune qui a de la volonté. Avec de petites consultations qu’il a faites, il crée sa société de production : Médiaprod, une agence spécialisée dans la communication pour le développement agricole et rural. C’est dans cette dynamique qu’il a envisagé le projet Agribusiness TV. La chance va lui sourire quand il participe à un appel à projets : Tic et agriculture pour les jeunes. Sur 600 candidatures soumises, cinq ont été reçues dont la sienne. Mais rien n’était acquis d’avance. Pour donner réellement vie à Agribusiness TV, il fallait mobiliser plus que le soutien reçu des partenaires. La volonté va prendre le dessus. Il finit par mobiliser la somme due. Ainsi est née la web-télé.
Elle est présente aujourd’hui dans 12 pays africains. Environs 15 personnes collaborent dans la chaîne de travail. Certains postes fixes seront créés bientôt. C’est le cas par exemple du secrétariat. La traduction des articles en anglais (la diffusion est faite en Français et Anglais) sera confiée désormais à un cabinet externe. C’est dire qu’en termes de création d’emplois aussi, Agribusiness TV y contribue bien !
On dira tout simplement que les promoteurs du projet vivent leur passion et impactent positivement la vie de leur communauté. C’est tout naturellement donc qu’ils figurent parmi les 35 jeunes influents dans l’espace francophone en 2017.

Par Basidou KINDA

Parmi les 35 jeunes influents dans l’espace francophone

Inoussa Maiga et sa compagne, Nawsheen Hosenally, co-fondatrice d’Agribusiness TV, quitteront Ouagadougou pour recevoir une énième récompense le 16 septembre 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Ils sont, en effet, parmi les 35 jeunes qui font bouger l’espace francophone en 2017. Il s’agit de la 2e édition des Prix Jeunesse 3535 qui récompense 35 jeunes francophones inspirant âgés de 18 à 35 ans qui ont à leur actif des réalisations exceptionnelles dans leurs communautés. Ces deux ambassadeurs du Burkina ont été retenus, suite à un appel à candidatures qui a enregistré 411 jeunes innovateurs résidant dans 37 pays et provenant de 4 continents. On ne peut qu’être fiers d’eux. Bon vent les jeunes !

Production d’un magazine télé

En perspective, les promoteurs d’Agribusiness TV comptent produire un magazine télé de 26 minutes. Ce sera un bimensuel en partenariat avec des chaines de télévisions nationales. Ils avaient déjà approché une chaine de télé pour ce faire. Malheureusement, l’argent a pris le dessus sur ce partenariat. Le service marketing de la chaîne en question veut plutôt que la diffusion soit payante. Une mauvaise manière de voir les choses. Nos chaînes de télévisions sont pauvres en termes de productions. Heureuse sera la chaîne qui diffusera ce magazine télé.

Il a dit :

« Le problème de beaucoup de jeunes dans l’entreprenariat, c’est l’incertitude, le saut dans l’inconnu. C’est un monde de questions sans réponses. Mais à un moment, il faut arrêter de se poser des questions et se lancer. »

« C’est très bien quand on n’a pas de l’argent. C’est une change d’innover. »


Commenter l'article (0)