Grand banditisme : Une bande d’escrocs épinglée dans la filière or

Publié le mercredi 26 juillet 2017

« En fin mai j’étais dans ma boutique quand quelqu’un prétendant s’appeler Moussa m’a appelé. Il m’a dit être un de mes anciens livreurs de marchandises. Désormais travaillant dans le domaine de l’or, il voulait que je l’aide à écouler sa marchandise prétextant qu’il s’était fracturé une jambe en descendant dans les mines », nous a confié O.S, commerçant au secteur 39, arrondissement 9 de Ouagadougou. Moussa étant invalide, le commerçant devait servir d’intermédiaire entre lui et un prétendu blanc qui devait acheter l’or. Pour le service rendu à Moussa, le commerçant devait recevoir 550 000 francs CFA de lui et 5% du prix d’achat de la part du Blanc. La quantité totale de l’or faisant un peu plus de 70g. A en croire le commerçant, Moussa, à l’issue de la vente de la marchandise, devait encaisser environ 2 100 000 fcfa. L’affaire était d’autant plus alléchante que le trafic avait lieu hors du site d’orpaillage. La marchandise devait être vendue à 30 000 francs CFA le gramme, alors que la même quantité faisait 27 500 fcfa au niveau des sites, à en croire Moussa. Le commerçant O.S, sceptique, décide d’alerter la gendarmerie.

Scénario d’escroquerie

La transaction devant avoir lieu à Ouagadougou, Moussa devait faire parvenir l’or au commerçant par l’intermédiaire de son petit frère qui devait arriver de Kampti le 26 juin dernier. Il prétexte que son frère ne peut se charger de l’affaire parce qu’il est novice. Alors il demande au commerçant d’accueillir le frère de Moussa au niveau d’une gare de la place et de l’héberger en attendant l’arrivée de l’acheteur.
Sur recommandation de Moussa, le commerçant appelle le Blanc, mais celui-ci dit être à Ouahigouya. Pour ce faire, il dit envoyer au commerçant un contrôleur qui vérifiera la qualité de l’or. Quelques heures après, le contrôleur muni d’un sac débarque. En retard, il prétexte que sa voiture serait tombée en panne et dit même s’être fait déposer par le garagiste. De son sac, il sort une machine, des produits chimiques, une cuillère et un plateau. C’est ainsi que les trois personnes, à savoir le commerçant, le petit frère de Moussa, arrivé de Kampti, et le contrôleur se retirent dans une pièce pour vérifier la qualité et la quantité de l’or. C’est au moment où le contrôleur attestait l’authenticité du « métal précieux » que des éléments de la gendarmerie, auparavant cachés dans la concession, font irruption dans la pièce, les arrêtent et les embarquent avec la marchandise.

Le commerçant O.S bien chanceux !

« Ça saute tout de suite à l’œil que cette marchandise n’est pas de l’or », a affirmé Onema Millogo, commandant adjoint de la brigade ville de gendarmerie de Sigh-Noghin, lors d’un entretien. « C’est à base de tête de robinet et de pièces de 25 fcfa écrasées qu’ils arrivent à obtenir cette poudre », a-t-il mentionné. « Nous recevons plusieurs plaintes dans ce sens depuis un moment ». Mais que risquait bien le commerçant dans la mesure où le coup a foiré ? Selon le commandant adjoint de brigade, on l’aurait probablement convaincu de remettre une certaine somme d’argent au petit frère de Moussa en attendant l’arrivée du soi-disant Blanc, l’authenticité de l’or ayant été démontrée. Le blanc ne se serait jamais présenté. Il aurait passé son temps à reporter leur rendez-vous et la bande d’escrocs aurait finalement eu le temps d’extorquer au commerçant le maximum de sous.
Pour commettre leurs forfaits, ils utilisaient les cartes Sim et cartes d’identité ramassées, selon le commandant de brigade adjoint. Désormais hors d’état de nuire, le commandant adjoint confie qu’il était difficile de mettre la main sur eux parce qu’ils n’utilisaient ces Sim qu’à des fins d’escroquerie et les désactivaient juste après. Alors, Onema Millogo a exhorté les populations à faire des déclarations de pertes en cas de pertes de CNIB et à être prudentes en ce qui concerne l’utilisation des Sim achetées à l’aide de nos pièces d’identité.

Les prévenus risquent jusqu’à 5 ans d’emprisonnement

Apres perquisition du domicile et du véhicule du cerveau de la bande, qui se nomme M.S alias Kanazoé Rasmané, cinq coffrets du faux or, deux fausses pièces d’identités et des bordereaux de retrait donnant accès à des comptes bancaires fournis de plusieurs centaines de millions ont été retrouvés. L’enquête a également permis de mettre la main sur A.B et B.O alias Ali Kaboré. Ce dernier est également le cerveau d’un autre réseau. Tous des repris de justice, ils ont auparavant été condamnés pour des faits similaires. Les prévenus risquent jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et peuvent payer des amendes allant de 300 000 à 1 500 000 francs CFA. Sont recherchés : Moussa Kanazoé, un certain Dramane et Moussa alias Phillip, le soit disant Blanc. La gendarmerie appelle les populations à la vigilance et les invite à éviter toute opération d’achat et de vente d’or avec des personnes ou structures n’ayant aucun agrément dans ce sens. Par ailleurs, tout cas suspect peut être dénoncé au 16 ou 17, ou encore au 1010.

Assita SANOU


Commenter l'article (0)