Lutte anti-corruption du REN/LAC 2016 : L’Evénement s’adjuge les 1er et 3e prix

Publié le lundi 19 juin 2017

« Corruption : des magistrats dans le collimateur de la justice » C’est l’article qui a emporté le premier prix anti-corruption décerné par le réseau national de lutte anti-corruption (REN/LAC) le 23 mai dernier à Ouagadougou au cours de la 17e Assemblée générale ordinaire du réseau. Publié dans l’édition du 25 avril 2016 sous la plume d’Atiana Serge Oulon, alors collaborateur, cet écrit mettait le doigt sur un cas de corruption dans lequel nombre de magistrats étaient impliqués. Résumé de l’histoire : « Dans l’affaire, plus de 320 millions étaient en jeu. Il s’agit d’un conflit commercial dans lequel, le plaignant obtient de la justice que la partie adverse lui verse ladite somme. Mais les choses ne se passent pas sans difficulté, au point que l’on ait été obligé de passer par le procédé de la saisie attribution de comptes bancaires. Une partie de bras de fer judiciaire s’engage alors entre les parties. Des juges y flairent une opportunité d’affaire. Ils vont réussir à se faire de gros sous dans un jeu de corruption interminable. Une affaire rocambolesque où l’une des parties usée par le combat, finit par rompre l’omerta, après avoir perdu la bagatelle de 63 millions de FCFA ». Le 2e prix est revenu à notre confrère Yacouba Ladji Bama de Le Reporter, plusieurs fois lauréat du prix.
Quand au 3e prix remporté par l’article « Urgence chirurgicale hôpital Souro Sanou : de l’affairisme sur le dos des malades », il est signé de Basidou KINDA, rédacteur en chef du journal L’Evénement et publié dans l’édition du 25 août 2016. Cet écrit dénonçait une organisation mafieuse mise en place à l’hôpital de Bobo par deux médecins. Elle s’était assigné une double mission : établir les ordonnances au bénéfice d’une officine privée de vente de consommables médicaux, repérer les patients aisés pour les diriger vers une clinique privée. Comme critique générale, le jury a reproché à bon nombre d’enquêtes, l’ « exploitation abondante de rapports ou documents » déjà existants. Des critiques que ne manqueront pas de prendre en compte les journalistes investigateurs. C’est assurément un nouveau défi qui invite à plus de travail de terrain. Félicitations aux lauréats de l’année 2016 et bon vent pour 2017 !

La rédaction


Commenter l'article (0)