Noël 2011 : Jésus n’a pas été le père noël des enfants

Publié le samedi 3 mars 2012

Pour une fois, les chrétiens ont
prié dans le calme en cette fête
de Noël 2011. Jésus, né dans
une mangeoire au milieu
d’une symphonie bruyante de
cris d’animaux (ânes, bœufs, brebis) a
donné par cet acte une orientation
solennelle de louange pour les fêtes de
noël. Chaque année donc, la solennité
de la venue du Christ est célébrée de
diverses manières. Cette fête si noble
suscite une célébration en deux
tranches. D’abord le 24 décembre, une
messe est célébrée à 22 heures pour
accueillir le nouveau né qui, selon les
écritures saintes, serait né au petit
matin, ce qui équivaut chez nous à
l’heure d’avant le chant du coq.
Comme il est difficile de pouvoir
mobiliser les fidèles à cette heure
avant que les étoiles, signe important
dans la venue des mages, ne
disparaissent, on préfère célébrer la
fête à 22 heures pour espérer la finir à
minuit à peu près à l’heure où Jésus est
né. Ensuite une autre messe non moins
importante est célébrée le dimanche
matin en signe de louange pour le
nouveau sauveur né au petit matin et
qui est aussi la première messe dite le
dimanche après la naissance du Christ.
Chaque année donc, ce sont de nombreux fidèles qui luttent contre le
sommeil pour pouvoir célébrer dans
les églises la fête de noël. Après ces
célébrations, c’est une occasion pour
partager des agapes fraternelles entre amis. Mais à côté de cela, Noel est
surtout la fête des enfants d’où le sens
des cadeaux que ces derniers reçoivent
et qui font leur bonheur. Une famille
qui a des enfants doit donc offrir des
cadeaux à ces derniers à l’image de
ceux que Jésus à reçu de la part des
mages venus l’adorer dans la Bible.
Au Burkina, c’est le côté réjouissances
que les enfants affectionnent une fois
les cadeaux reçus et le bruit qui va
avec. A chaque célébration de Noël,
les pétards sont de la partie. Mais cette
année, Jésus n’a pas été le père noël
des enfants. Le bruit des pétards n’a
pas été ressenti à cette célébration de
noël parce que leur usage a été interdit.
Ainsi les jours qui ont précédé la fête,
des centaines de milliers de cartons de
pétards ont été saisis dans tous les
lieux de vente où les enfants s’en
procuraient. Si la Noël sans pétard
passe pour les adultes, les enfants ont
par contre mal accueilli cette situation.
David Kaboré, 10 ans, n’a pas pu
contenir sa colère : « c’est papa qui
n’a pas payé pour moi. Il m’a dit qu’il
a regardé dans toutes les boutiques
mais il n’a pas trouvé. Moi je ne crois
pas. Je ne vais plus aller à l’école s’il
ne paye pas ». Noël sans pétard est
comme un deuil chez les enfants. Il y a
donc un travail à faire pour persuader
les enfants du danger que représentent
les pétards en espérant que le père
Noël saura trouver le cadeau qui leur
fera ranger les pétards dans les
profondeurs de l’oubli.

pacomik@yahoo.fr


Commenter l'article (0)