« Brexit » : Les lourdes conséquences de la sortie de l’Angleterre de l’UE pour les Africains

Publié le vendredi 29 juillet 2016

L’Angleterre a décidé de quitter le navire Européen. 51,9% des Britanniques l’ont voulu ainsi. Le Brexit, c’est-à-dire la sortie de l’Angleterre de l’UE n’est qu’une décision politico-administrative. En principe, elle ne devrait pas toucher le sport. Mais si ! Cette sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne pourrait avoir de graves conséquences pour le football mondial. On le sait, le nombril du foot du monde se trouve et en Espagne et en Angleterre. Ce sont ces deux championnats qui offrent ce qu’il y a de plus agréable en matière de foot. Et les meilleurs joueurs du monde entier convergeaient vers ces deux pays. La présente décision du peuple anglais va limiter justement ce flux. En effet, la loi du travail qui limitait dans chaque entreprise la domination des travailleurs nationaux étaient facile contournée par le principe de la population de communauté. Ainsi, les footballeurs de l’Union européenne n’était plus considérés comme des étrangers. Ce qui libérait la place pour les autres, dont les Africains. A présent, les clubs anglais vont devoir revoir ça. En effet, sauf disposition contraire les textes de l’UEFA calqués sur le principe des lois de travail des Etats européens vont obliger les clubs anglais à devoir limiter le nombre des étrangers, les joueurs de l’Union européenne y compris. En clair, Chelsea ne pourra plus considérer la colonie des joueurs de l’Union européenne comme ne faisant pas partie du quota des Etrangers et ainsi accroître sa capacité à engager les sud-américains, les africains et autres. La sélection va être difficile. Très dure. Sauf les meilleurs des meilleurs seront pris. Les places vont être chères. Mais en retour le football anglais pourrait péricliter. Il ne sera plus animé par autant de monde venu de partout. Il devra accepter de faire avec ses propres fils qu’ils soient bons ou pas. En effet, le championnat du Royaume-Uni compte 432 joueurs européens, répartis entre les 20 équipes de Premier League. Et sur cet effectif, les nationaux ne comptent qu’à peine 30%. C’est vous dire. Directement, la mesure ne touche pas les Africains qui rêvent d’évoluer dans ce grand championnat. Mais les places qui leur revenaient vont se retrouver à être disputé aussi par les Français, les Italiens, les Espagnols, les Portugais et que sais-je encore. Bertand Traoré qui a intégré le championnat anglais allait voir ses chances amincir s’il devait disputer sa place à autant de joueurs de nationalités diverses. La Fédération anglaise de foot a vite fait de sortir un communiqué pour rassurer les milieux de foot. Mais dans le même communiqué il est souligné que les effets du Brexit ne toucheront pas dans l’immédiat le foot. Mais cela sous-entend que dans les années à venir, l’impact est à redouter. La Premier league sait que son avenir est sombre. Sans l’afflux massif des étrangers, sans cette souplesse, les clubs anglais vont perdre de leur prestige.
Le foot anglais a un léger répit. Les effets du Brexit ne seront pas dans l’immédiat. Il faudra attendre deux ans pour voir s’appliquer les nouvelles règles. Mais déjà, il faudra commencer à s’y faire. La sortie de la Grande Bretagne ne sera pas sans conséquence pour le football. Car en la matière si l’Angleterre est enrhumé, c’est la planète foot entière qui éternue. Surtout l’Afrique et les Africains.

J J Traoré


Commenter l'article (0)