Enquête sur les morts des 30 et 31 octobre : Qui pour prendre le rapport ?

Publié le samedi 9 juillet 2016

Un rapport orphelin. Prêt depuis mi-avril, il n’y a encore personne pour le recevoir !

C’est une situation bien curieuse qui illustre le malaise avec les morts des 30 et 31 octobre 2014. La commission d’enquête mise en place tardivement par la transition aurait, selon des sources concordantes fini son travail. Elle attend qu’on l’invite à déposer son rapport et qu’on lui indique qu’elle autorité est habilitée à le recevoir.
La commission d’enquête Indépendante avait été créée au conseil des ministres du 2 septembre et installé le 26 novembre 2015. Elle avait trois mois pour déposer son rapport. Créée bien avant celle sur le putsch du 17 septembre, elle avait été installée tardivement et presque dans les dernier jours de la transition. Cette commission d’enquête avait installé le bureau ci-après à sa tête :
Président : Maître Batibié BENAO, Avocat à la Cour ;
Vice-Président : Mathieu KOHIO, Magistrat ;
Rapporteur : Célestin FORGO, Inspecteur de la G.S.P.
Elle avait pour missions de mener des investigations propres à déterminer les causes des décès et des blessés d’une part, et d’autre part d’identifier les personnes présumées responsables par action, coaction, instigation ou complicité à l’occasion de ces évènements.
En rappel, la Commission d’enquête indépendante, créée par le Conseil des ministres en sa séance du 02 septembre 2015, est composée de douze (12) membres qui sont :
- le Colonel Major Mamadi AOUBA, représentant le ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants ;
- Messieurs Tézounoun Mathieu KOHIO et Célestin FORGO, représentant le Ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique ;
- Madame Andréa Marie KABORE / OUEDRAOGO, représentant le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ;
- le Commissaire de Police, Tama YARO, représentant le Ministère de la Sécurité ;
- Maître Batibié BENAO, représentant le Barreau ;
- Madame Christine OUOBA, représentant l’Association des familles des victimes ;
- Madame Amina TRAORE /OUEDRAOGO, Monsieur Assane Dramane SANKARA, et le docteur Apollinaire KYELEM de TAMBELA, avocat, tous représentant les organisations de la société civile ;
- Messieurs Pagomziri Alexandre OUEDRAOGO et Francis ILBOUDO, au titre des organisations de défense des droits humains ;
Elle dispose d’un délai de 03 mois, prorogeable de moitié pour remettre son rapport au Chef du gouvernement.

Par Newton Ahmed Barry


Commenter l'article (0)